Center Parcs de Roybon: la justice ordonne la suspension des travaux

Coup d'arrêt

Center Parcs de Roybon: la justice ordonne la suspension des travaux

Publié le :

Mardi 23 Décembre 2014 - 18:28

Mise à jour :

Mercredi 24 Décembre 2014 - 15:16
Victoire provisoire pour les opposants au projet de complexe touristiaue Pierre & Vacances de Roybon, dans l'Isère: le tribunal administratif de Grenoble a ordonné mardi la suspension des travaux.
©Xavier Vila/Sipa
PARTAGER :
-A +A

Le tribunal administratif de Grenoble (Isère) a décidé mardi d'interrompre provisoirement les travaux de défrichement du futur village de vacances Center Parcs de Roybon, auxquels s'opposent des militants écologistes depuis plusieurs mois.

Le juge des référés a suspendu l'arrêté préfectoral du 3 octobre qui avait autorisé la société Roybon Cottages à procéder à ces travaux. Il a pris cette décision en se référant à la loi sur l'eau, estimant que certaines procédures n'avaient pas été respectées, comme le fait de saisir la Commission nationale du débat public, et a également jugé insuffisantes "les mesures prévues par l'arrêté pour compenser la destruction de zones humides qu'entraînera la réalisation du projet".

En revanche le juge des référés, saisi par quatre associations de protection de la nature, a rejeté trois recours visant un second arrêté préfectoral, pris le 16 octobre, qui autorise la destruction d'espèces protégées. Mais la suspension d'un des deux référés suffit à suspendre le défrichement et le début des travaux.

Cette décision représente une victoire provisoire pour les militants écologistes qui s'opposent à ce projet de construction d'un village de vacances de 1.000 cottages par le groupe Pierre & Vacances, dans la forêt de Chambaran à Roybon, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Grenoble.

L'investissement global de ce projet de complexe touristique est évalué à 387 millions d'euros et devrait générer près de 500 emplois équivalents temps plein, selon ses promoteurs. De nombreux habitants de la région et la plupart des élus locaux y sont favorables, pour des raisons économiques, alors que de nombreux autres, soutenus par des militants écologistes locaux ou d'autres régions et par Europe Écologie-Les Verts, s'y opposent.

Les plus radicaux de ces opposants ont décidé de créer une ZAD ("zone à défendre") et se sont installés à proximité, à l'image des oppositions aux projets de barrage à Sivens (Tarn) et d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

 

Le projet de village de vacances de Roybon est situé dans la forêt de Chambaran.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-