Disparition d'animaux: les scientifiques craignent une sixième extinction de masse

Disparition d'animaux: les scientifiques craignent une sixième extinction de masse

Publié le :

Mardi 11 Juillet 2017 - 10:59

Mise à jour :

Mardi 11 Juillet 2017 - 11:22
Des chercheurs américains et mexicains ont publié lundi une étude dans laquelle ils alarment sur la disparition inquiétante de nombreuses espèces de vertébrés sur Terre. Ils craignent une nouvelle extinction de masse d'ici peu.
©Joseph Eid/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La situation est plus que préoccupante. Des chercheurs américains et mexicains viennent de publier une étude dans laquelle ils s'alarment sur la disparition inquiétante de nombreuses espèces de vertébrés sur Terre, provoquée par l'activité humaine. Selon eux, le  nombre de ces animaux reculerait actuellement de manière massive, laissant penser à une nouvelle extinction de masse d'ici peu. "D’un point de vue quantitatif, la sixième extinction de masse sur Terre, est bien plus sévère que perçue, ont expliqué les scientifiques.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont choisi un échantillon de 27.600 espèces d'oiseaux, d'amphibiens, de mammifères et de reptiles (réparties sur les cinq continents) et analysé leur évolution. Le tout en utilisant la base de données de la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Puis, les auteurs de l'étude, dont les résultats ont été publiés lundi 11 dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ont étudié à la loupe 177 espèces mammifères et examiné la baisse de leurs populations entre 1990 et 2015.

Et les résultats ont parlé d'eux-mêmes: ils ont remarqué qu'au total 32% des espèces étudiées déclinaient en termes de population et d’étendue. Selon les informations du Monde, qui a relayé cette étude, les populations d’orangs-outans de Bornéo ont par exemple chuté de 25% ces dix dernières années, pour atteindre 80.000 individus, tandis que celles de girafes sont passées de 115.000 spécimens en 1985 à 97.000 en 2015. Un phénomène qui pourrait avoir de graves conséquences sur l'ensemble des écosystèmes et qui pourrait entraîner des impacts économiques et sociaux pour l’humain.

C'est pourquoi, les auteurs de l'étude ont tenu à avertir la population de cette catastrophe terrestre afin d'essayer d'inverser la tendance dans les années à venir. "Nous ne disposons que d’une petite fenêtre pour agir, deux ou trois décennies au maximum", ont-ils notamment expliqué précisant au passage qu'ils n'étaient pas très optimistes pour l'avenir: "Tous les signes indiquent des agressions de plus en plus puissantes sur la biodiversité au cours des deux prochaines décennies, illustrant une image lugubre de l'avenir de la vie, y compris la vie humaine".

Face à ce constat des plus inquiétants, nombreuses sont les personnalités et associations qui ont fait part de leur crainte sur les réseaux sociaux. C'est notamment le cas de la Fondation 30 Millions d'Amis: "Triste perspective… Réagissons avant qu'il ne soit trop tard". Même chose pour Matthieu Orphelin, député de la première circonscription du Maine-et-Loire: "Extinction de masse, anéantissement biologique... Les mots sont forts. Agir maintenant ou jamais!".

La sixième extinction de masse serait en cours.


Commentaires

-