Fin du monde: les 12 scénarios redoutés par l’université d’Oxford (VIDEO)

Armageddon

Fin du monde: les 12 scénarios redoutés par l’université d’Oxford (VIDEO)

Publié le :

Jeudi 14 Mai 2015 - 12:44

Mise à jour :

Jeudi 14 Mai 2015 - 13:48
La fin du monde? La Global Challenges Foundation et l'université d'Oxford ont dévoilé récemment une étude listant les 12 scénarios possibles pouvant provoquer l'extinction de l'humanité. Ce n'est pas du cinéma...
©Sony Pictures
PARTAGER :
-A +A

La sortie du dernier Mad Max leur a-t-elle donné des idées? La très distinguée université britannique d’Oxford et la très sérieuse Global Challenges Foundation se sont intéressées aux causes qui pourraient provoquer la disparition de toute forme de vie sur notre planète, dans un rapport publié sur Internet. Les scénarios sont classés selon différentes catégories: les risques actuels, les risques exogènes, les risques émergents et les risques politiques.

> En premier lieu, la principale menace qui nous guette serait le réchauffement climatique. Un changement climatique encore plus extrême que prévu pourrait conduire à de dramatiques conséquences incluant "famines, multiplications des catastrophes naturelles et vagues d’immigration incontrôlables"... tout cela aboutissant "à l’effondrement des civilisations".

> Grand classique du cinéma, la guerre nucléaire est particulièrement redoutée par les experts. Aux conséquences immédiates, telles que la destruction des infrastructures et les millions de morts, s’ajouterait "la possibilité d’un hiver nucléaire", détruisant la couche d’ozone et affamant les survivants.

L’effondrement de l’écosystème est également une menace sérieuse, souligne l’étude, rapellant que malgré l’amélioration prodigieuse des technologies humaines, des espèces disparaissent et des millions d’hommes meurent chaque année de malnutrition.

> Vient ensuite la pandémie globale. Rappelant les catastrophes de la peste et de la grippe espagnole, les experts précisent que les caractéristiques d’une contamination à grande échelle existent déjà avec Ebola ou le sida. L’étude note cependant qu’à la différence d’une guerre nucléaire, une pandémie "ne détruirait pas les infrastructures humaines" et laisserait probablement des survivants, surtout dans les zones isolées.

> L’étude redoute aussi un effondrement du système économique mondial, causé par des facteurs tels qu’une hyperinflation ou un chômage dramatique, qui mènerait à des émeutes et à un véritable chaos social. La globalisation de notre économie accélérerait le processus.

> Quoi de plus dévastateur qu’un crash d’astéroïde? Le plus fameux d’entre eux aurait entraîné la disparition des dinosaures non-volants et d’environ 75% des espèces terrestres. Une collision interviendrait toutes les 20 millions d’années et "serait des centaines de fois plus puissante que la plus mortelle des bombes connues", estiment les experts.

> Méfions-nous également de l’éruption d’un super-volcan. La poussière projetée absorberait les rayons du soleil, provoquant un hiver volcanique qui affecterait la biosphère, l’approvisionnement en nourriture et la stabilité politique.

> La biologie de synthèse est une arme à double tranchant, rapelle le rapport. Ses avantages et ses méfaits réels sont encore inconnus, mais des individus mal intentionnées pourraient s’en servir pour créer des pathologies nouvelles "affectant l’homme ou des éléments nécessaires à sa survie".

> Même constat pour la nanotechnologie: source de progrès infinis mais aussi menace potentiellement très dangereuse au cas ou des personnes s’en serviraient pour développer de nouvelles armes de destruction massive ultra-modernes.

> Quid de l’intelligence artificielle, thème cher aux auteurs de science-fiction? Terminator nous a déjà prévenus, les experts en remettent une couche: si les robots, devenus intelligents et autonomes, n’ont pas envie de cohabiter avec l’humanité, la fin de notre espèce serait pour demain. Le rapport note toutefois que cette "super intelligence" pourrait être utilisée pour combattre les autres menaces de ce rapport.

> Les choses pourraient également tourner au vinaigre si l’humanité connaissait une mauvaise gouvernance globale, s'alarment les experts. Elle pourrait aussi bien conduire "à une extrême pauvreté qu’à un Etat mondial totalitaire"

> Enfin, le rapport prévient que les risques inconnues sont potentiellement les plus dangereux car ils sont, par hypothèse, imprévisibles. Super-polluant radioactif? Intelligence extraterrestre hostile? Godzilla? Qui sait ce que l’avenir nous réserve...

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film-catastrophe 2012 réalisé en 2009 par l'Américain Roland Emmerich):

 

Une affiche du film-catastrophe "2012", réalisé par Roland Emerich en 2009.

Commentaires

-