La low-tech contre la pollution numérique

La low-tech contre la pollution numérique

Publié le 02/07/2020 à 10:46 - Mise à jour à 12:15
Rayson Tan / Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

 Les outils numériques ont été mis à rude épreuve pendant la crise sanitaire, et ils ont relevé le défi dans une certaine mesure: télétravail, école à la maison et sessions interminables de streaming sont venus au secours des gens en confinement. Mais cet usage massif du numérique a aussi eu un impact sur l'environnement .

La moindre activité sur Internet, comme un simple email, a des conséquences sur notre planète. Le cloud, le wifi, notre présence sur les réseaux sociaux: le numérique représente 5% des émissions de CO2. Une récente étude de Green IT oriente la réflexion autour des usages que l’on fait de nos appareils, et sur l’importance du choix des appareils. L’utilisation n’est pas ce qui pollue le plus, c’est la fabrication. Changer la high-tech par des appareils low-tech pourrait donc avoir un vrai impact sur l'environnement, en réduisant la pollution liée à la fabrication et aux usages. 

Avoir la connaissance à portée de main a un coût environnemental

En mai 2019, Greenpeace a fait une estimation qui illustrait l’impact de notre usage numérique au quotidien: une simple requête Google produirait 0,2 gramme de CO2.
En citant une étude de l’Ademe, Les Echos  comparait la consommation d'énergie de l'envoi d'un simple courrier électronique avec une pièce-jointe avec celle une ampoule allumée pendant 24 heures. Les emails professionnels de 100 salariés correspondraient à 13 allers-retours Paris-New York!

Industrie électronique: l’eau, l'énergie et les minerais sont concernés

Au delà de la consommation d’énergie liée à l’usage, la fabrication des appareils électroniques nécessite des ressources importantes : eau, énergie et minerais notamment. À part la production de l’électricité (59 %), selon le rapport, tous les autres impacts sont d’abord liés à la fabrication des appareils et non à leur utilisation.  La fabrication d’une télévision de 47 pouces, par exemple, émet 479 kg de gaz à effet de serre et nécessite 26 000 litres d’eau , soit votre consommation d’eau pour la moitié de l'année.

Nous avons tout simplement trop d'équipements électroniques

Smartphones, ordinateurs, montres connectées, télévisions, enceintes connectées...En France il existerait autour de 631 millions d'équipements numériques, utilisés par un peu moins de 60 millions de personnes. Cela veut dire que chaque personne aurait en moyenne 11 appareils. Des appareils qui restent en outre souvent rangés dans un tiroir ou dans la cave inutilisés la plupart du temps.
Pour y remédier, l'étude propose de lutter contre l’obsolescence programée , d’augmenter la garantie légale, qui est aujourd'hui de deux ans, pour l'aligner sur la durée de vie des équipements, et qu’on puisse enfin réparer ses appareils sans être obligé de s'en débarrasser trop tôt. .
Green IT suggère la mutualisation des équipements comme une option logique. Par exemple, ne serait-il pas possible d'attribuer une seule box à plusieurs foyers dans un même bâtiment? Selon le rapport, les télévisions et les box TV (et autres décodeurs associés) totalisent 22 % à 65 % des impacts du numérique en France !

Alors, la 5G, pour ou contre?

En France, la 5G devrait débarquer en 2020. Selon Frédéric Bordage, fondateur du site Green IT.fr, qui a été également auditionnée pour une mission d'information du Sénat sur la réduction de l’empreinte numérique, une des problématiques environnementales du déploiement de la 5G serait liée à la rénovation des antennes. Cette étape pourrait contribuer à "l'épuisement des ressources non renouvelables comme l'eau et les énergies fossiles" et "à la pollution de l'eau". Selon le rapport, la 5G n’est de toute façon pas la seule voie possible. Au contraire, on pourrait dans le futur préconiser une adoption plus responsable de la low tech dans une démarche d’adoption de pratiques numériques plus respectueuses de l'environnement.
A titre d’exemple, consulter la météo depuis son smartphone connecté à la 5G n’est pas vraiment nécessaire. Tout le monde l’a oublié, mais une simple demande par SMS avec un téléphone de base connecté en 2G, permet de recevoir instantanément un bulletin météo. Dans un monde plus soucieux de l'environnement intégrer davantage la low tech permettrait de réduire l’empreinte numérique.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Le low-tech est un ensemble de techniques simples, pratiques, économiques et populaires. Le concept s'oppose au high-tech

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-