Qualité de l’air: l'amélioration se fait attendre à Paris!

Qualité de l’air: l'amélioration se fait attendre à Paris!

Publié le 23/03/2020 à 11:30
© Martin BUREAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
Le confinement, la diminution de la circulation automobile, l’arrêt de certaines activités industrielles, notamment, ont provoqué une baisse de la pollution et une amélioration de la qualité de l’air dans de nombreuses villes. Pourtant, et très curieusement, cela n'a pas été le cas à Paris et sa région la semaine dernière. Pourquoi donc?
 
De fait, le trafic routier a chuté de 80% en Ile-de-France depuis la mise en place des mesures de confinement. Mais dans le même temps, la qualité de l'air ne s'est pas améliorée, avec des indices publiés par le réseau de surveillance Airparif qui ne montraient pas de régression de la pollution.
 
Pire, les courbes des niveaux de particules fines et d'oxyde d'azote ont même augmenté certains jours. Ainsi, mercredi dernier,  l’indicateur de pollution est monté à 61 dans les Hauts-de-Seine, alors que l’air est considéré comme « faiblement pollué » jusqu’à 50. 
 
 
La météo en cause
 
Dans un compte-rendu, Airparif a expliqué cette situation par «une météo printanière favorisant les réactions chimiques avec la formation de particules dites secondaires, à partir de gaz : les oxydes d’azote (liés principalement aux chauffages) et l’ammoniac (en provenance des activités agricoles)».
 
Chauffage au bois
 
«Cette situation met en évidence la contribution de différentes sources à la pollution et le rôle spécifique des conditions météorologiques»
Karine Léger, la directrice d'Airparif, expliquait ainsi que les conditions météorologiques, à savoir des températures basses le matin et l'ensoleillement élevé en journée, favorisent la formation de ces particules. Dans le même temps, le confinement a provoqué une hausse de la consommation de chauffage, notamment au bois. "On peut aussi évoquer les activités agricoles avec les épandages qui ont lieu en ce moment", soulignait Karine Léger. 
 
Particules liés au trafic sont très faibles
Airparif relevait dans le même temps que «les niveaux de particules liés au trafic sont très faibles» et que «l’augmentation constatée aurait été beaucoup plus importante avec des conditions normales de circulation». 
 
Vers un mieux
 
La qualité de l'air devrait s'améliorer cette semaine en Ile-de-France, grâce notamment au retour du vent, qui évacue en partie la pollution aux particules.
 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


La pollution reste à des niveaux assez faibles, mais l'amélioration attendue de la qualité de l'air se fait attendre

Fil d'actualités Société