"Titanic nucléaire": la Russie a mis à l'eau sa centrale nucléaire flottante

"Titanic nucléaire": la Russie a mis à l'eau sa centrale nucléaire flottante

Publié le :

Vendredi 23 Août 2019 - 16:59

Mise à jour :

Vendredi 23 Août 2019 - 17:04
© Alexander NEMENOV / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La première centrale nucléaire flottante du monde, développée par la Russie, a entamé ce vendredi 23 un voyage de 5.000 kilomètres dans l'Arctique, malgré les craintes des écologistes sur les conséquences pour cette région très fragile.

L'Akademik Lomonossov a entamé son voyage de plus de 5.000 kilomètres. Derrière ce nom se cache la première centrale nucléaire flottante du monde construite par Rosatom, la puissante agence fédérale de l'énergie atomique russe. Si cette dernière assure que sa plate-forme est "invincible", les détracteurs du projet, aux premiers rangs les associations de protection de l'environnement, dénoncent un "Titanic nucléaire" ou encore un "Tchernobyl flottant".

La centrale entame, ce vendredi, un voyage de 5.000 kilomètres dans l’Arctique. Cela va lui permettre d’alimenter le développement de la production d’hydrocarbures dans la région de Tchoukotk, riche en hydrocarbure. L'Akademik Lomonossov part de Mourmansk, port de la péninsule de Kola, où on l’a chargé en combustible nucléaire, en direction de Pevek, petite ville de Sibérie orientale. Sans moteur, elle sera tractée par plusieurs navires pour le voyage, qui durera de quatre à six semaines, selon la météo et la glace présente sur le parcours.

Lire aussi – Russie: une première centrale nucléaire flottante pour alimenter l'Arctique

La centrale comporte deux réacteurs d'une capacité de 35 MW chacun, proches de ceux qui équipent les brise-glace nucléaires, contre plus de 1.000 MW pour un réacteur d'une centrale classique de nouvelle génération. L'Akademik Lomonossov couvre la consommation de 100.000 personnes et servira surtout pour alimenter les plateformes pétrolières de la région, alors que la Russie développe l'exploitation des hydrocarbures dans l'Arctique. 

"Toute centrale nucléaire produit des déchets radioactifs et peut avoir un accident mais l'Akademik Lomonossov est en plus vulnérable aux tempêtes", a estimé Rachid Alimov, du département de l'énergie de Greenpeace Russie. D'autant que la centrale étant une barge tractée elle est particulièrement vulnérable aux collisions avec des blocs de glace.

Se pose aussi le problème des déchets nucléaire produits par la centrale nucléaire. "Dans douze ans, les quatre compartiments de la barge seront plein de combustible épuisé très actif. Tout incident mettant en cause ce combustible pourrait avoir de graves répercussions sur l’environnement fragile de l’Arctique. Il faut bien avoir conscience qu’il n’y a aucune infrastructure de nettoyage nucléaire dans le secteur", a fait savoir Rachid Alimov.

Voir:

Le Caire et Moscou signent un contrat pour la première centrale nucléaire égyptienne

La première centrale nucléaire flottante du monde, développée par la Russie, a entamé ce vendredi 23 un voyage de 5.000 kilomètres dans l'Arctique.


Commentaires

-