La Croix-Saint-Ouen: les chasseurs traquent le cerf dans la commune et le mettent à mort dans le jardin d'un pavillon

La Croix-Saint-Ouen: les chasseurs traquent le cerf dans la commune et le mettent à mort dans le jardin d'un pavillon

Publié le :

Lundi 23 Octobre 2017 - 07:15

Mise à jour :

Lundi 23 Octobre 2017 - 07:17
Samedi, des pratiquants de la chasse à courre ont abattu un cerf dans le jardin d'un pavillon de la commune de La Croix-Saint-Ouen dans l'Oise. Ils ont eu l'accord des propriétaires, mais le procédé a déclenché la polémique, la question étant particulièrement sensible dans le secteur.
©Citizen 59/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La chasse s'est terminée en pleine ville et l'animal a été abattu dans le jardin d'un pavillon. Samedi 21, des pratiquants de la chasse à courre ont en effet mis à mort un cerf sur la commune de La Croix-Saint-Ouen dans le département de l'Oise. Le gibier avait trouvé refuge dans une habitation. Les chasseurs l'ont alors encerclé et abattu dans des conditions qui provoquent la polémique.

Les veneurs (les pratiquants de ce type de chasse) traquaient en effet l'animal qui, pour échapper aux chasseurs, s'était caché dans le jardin d'une propriété et se retrouvait coincé dans une descente de garage. Les chasseurs sont alors arrivés mais ont respecté un minimum de règles juridiques avant de tuer l'animal. Les gendarmes sont en effet intervenus pour mettre en place un périmètre de sécurité et les propriétaires de la maison, absents au moment des faits, ont été contactés et ont donné leur accord pour que les chasseurs interviennent. Le tout s'est déroulé sous le regard médusé des voisins, visiblement choqué que l'animal soit abattu alors qu'il cherchait à échapper à la mort et se retrouvait acculé en pleine ville.

La situation est d'autant plus polémique que le maire LR de la commune avait pris un arrêté pour interdire la chasse à courre sur le territoire de La Croix-Saint-Ouen. Cependant, les chasseurs estiment qu'ils n'étaient pas en acte de chasse à courre au moment de la mise à mort de l'animal et que de plus, ils sont responsables légalement des dégâts que peut causer un animal aux abois.

Ironie du sort –montrant également que la question de la chasse à courre est sensible dans le secteur– une manifestation contre cette pratique s'est déroulée à Compiègne (Oise) quelques instants avant la mise à mort du cerf.

L'animal s'était réfugié dans le jardin d'une maison.


Commentaires

-