Orly: un policier accusé de troquer les fiches S contre des voyages au Maroc

Orly: un policier accusé de troquer les fiches S contre des voyages au Maroc

Publié le 16/06/2017 à 10:42 - Mise à jour à 10:53
©Meigneux/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un capitaine de la police aux frontières (PAF) a été interpellé fin mai pour avoir remis plusieurs dizaines de fiches S à un individu qui les auraient ensuite transmises à des agents du renseignement marocain, a révélé jeudi "Le Point". Ce trafic aurait duré plusieurs années.

Un officier de la PAF (police aux frontières) travaillant à l'aéroport d'Orly a été interpellé fin mai par l'IGPN (l'Inspection générale de la police nationale). Il est soupçonné d'avoir remis des fiches S à une tierce personne, laquelle les auraient à son tour remises à des agents du renseignement marocain.

L'affaire révélée par Le Point jeudi 15 a de quoi perturber les relations diplomatiques entre Rabat et Paris. Selon l'hebdomadaire, le capitaine de la PAF en question était responsable du suivi des individus fichés qui quittaient le territoire.

Souvent citées dans les affaires de terrorisme depuis les attentats de Paris et Saint-Denis, les fiches S (pour atteinte à la sûreté de l'Etat) peuvent concerner aussi bien des individus suspectés de vouloir commettre des attentats que des activistes politiques ou des hooligans et comportent plusieurs niveaux de dangerosité. Elles concernent plusieurs milliers de personnes en France.

Selon les sources de l'hebdomadaire, le fonctionnaire aurait remis des dizaines voire des centaines de fiches S durant trois ans à un "responsable d'une société privée, implantée à Orly et spécialisée dans la sécurité aérienne et aéroportuaire" contre des voyages au Maroc. Celui-ci a été placé en garde à vue puis mis en examen pour "corruption active".

Il est également soupçonné d'avoir transmis les fameux documents aux renseignements marocains. Les écoutes téléphoniques révèleraient "plusieurs échanges avec des agents du royaume chérifien".

Deux autres membres de la PAF ont également été interpellés, mais ils ont été remis en liberté sans qu'aucune poursuite ne soit engagée.

Le parquet de Créteil est en charge de de l'enquête. Selon Libération, l'affaire embarrasse la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui aurait "refusé de prendre en charge les investigations, pour ne pas risquer de se fâcher avec un partenaire dans la lutte contre le terrorisme".

La révélation de cette affaire intervient au lendemain de la première visite officielle d'Emmanuel Macron au Maroc.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


L'officier interpellé était chargé de la surveillance des fichés S qui quittaient le territoire.

Fil d'actualités Société