Abdelkader Merah: le "monstre" exprime ses regrets, il condamne les actes de son frère

Abdelkader Merah: le "monstre" exprime ses regrets, il condamne les actes de son frère

Publié le :

Mercredi 11 Octobre 2017 - 09:39

Mise à jour :

Mercredi 11 Octobre 2017 - 11:37
© Benoit PEYRUCQ / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Jugé devant la cour d’assises de Paris, Abdelkader Merah a pour la première fois condamné les actes de son frère Mohamed qui a assassiné sept personnes entre le 11 et le 19 mars 2012. Il a expliqué ressentir de "la honte", de "la tristesse" et de "la compassion".

Huit jours après le début de son procès, Abdelkader Merah a pour la première fois condamné les actes de son petit frère qui a assassiné sept personnes entre le 11 et le 19 mars 2012 à Toulouse. C'est suite  au témoignage d'un rescapé de l'école Ozar Hatorah où a eu lieu l'un des massacres et où le "survivant" a perdu ses deux enfants, que l'accusé a tenu à exprimer ses regrets.  

“C’est un mélange de honte, de tristesse, de regrets. Déjà moi, de voir les faits de l’extérieur, je trouve que c’est insoutenable. Mais je vois la tristesse dans les yeux des familles. Bien sûr que je condamne les actes de mon petit frère", a déclaré celui qui est actuellement jugé pour "complicité d'assassinats". Et d'ajouter: ​​​"Je ne m'adresse pas à la cour, pas aux journalistes, je m'adresse à M. Soussan. On croit en Dieu et entre croyants, je suis sincèrement désolé de ce qui est arrivé", a-t-il déclaré.

Mais ces déclarations ne semblent pas avoir convaincu les parties civiles ni même l'avocate générale: "Vous êtes ici dans un tribunal. Il n’y a pas de liens de croyant à croyant, de frère de religion à frère de religion. Vous êtes ici car le lien qu’on vous impute, ce n’est ni le lien de sang ni le lien de religion, mais un lien juridique: la complicité avec votre frère". Même sentiment pour Loïc Liber, l'une des cibles de l'assaillant atteint par plusieurs balles et tétraplégique depuis les faits. Pour lui, Abdelkader Merah "est un monstre". "Il a incité son frère, poussé son frère vu l'âge qu'il avait quand il m'a tiré dessus. Pour moi c'était un gamin à cet âge là", a-t-il expliqué au micro de RTL précisant qu'il ne croyait en aucun cas à ses excuses.

Pour rappel, entre le 11 et le 19 mars 2012, Mohamed Merah avait assassiné trois militaires, trois enfants et un enseignant juifs à Toulouse et Montauban, avant d'être abattu par les forces de police à l'issue d'un siège de plus de trente heures de son domicile. Le procès de son frère se clôturera le 3 novembre prochain. 

Je suis sincèrement désolé de ce qui est arrivé", a notamment déclaré Abdelkader Merah.


Commentaires

-