Accident de TGV à Eckwersheim: la SNCF et Systra seraient responsables du drame

Accident de TGV à Eckwersheim: la SNCF et Systra seraient responsables du drame

Publié le :

Lundi 30 Octobre 2017 - 10:59

Mise à jour :

Lundi 30 Octobre 2017 - 11:09
Près de deux ans après l'accident de TGV qui avait fait 11 morts et 42 blessés lors d'un trajet d'essai dans l'est de la France, les conclusions d'un nouveau rapport d'expertise viennent d'être dévoilées. Elles pointent du doigt la SNCF et sa filiale en charge des essais, Systra.
©Frédérick Florin/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le drame avait eu lieu au lendemain des attentats de Paris: le 14 novembre 2015, un accident de TGV avait fait 11 morts et 42 blessés lors d'un trajet d'essai dans l'est de la France, une tragédie qui avait soulevé des questions quant à la responsabilité d'un tiers pour cette catastrophe ferroviaire. Près de deux ans après les faits, les familles des victimes vont désormais avoir des réponses à leurs questions. En effet, selon un nouveau et dernier rapport d'expertise, dont les grandes lignes ont été dévoilées par France 3 Grand Est, la SNCF et sa filiale en charge des essais, Systra, seraient citées comme responsables du drame. 

L'enquête a notamment mis en évidence le manque d'expérience et de formation des personnes chargées d'effectuer ces essais sur la ligne à grande vitesse. Selon le rapport de 140 pages, la filiale Systra aurait même demandé d'effectuer cet essai en survitesse (au-delà de la limite autorisée) alors que l'équipage était inexpérimenté et insuffisamment formé pour réaliser ce type d'expérience. 

"Nous avons enfin les conclusions qui devraient permettre au juge d'instruction de continuer son information et de mettre en examen des personnes morales. La SNCF ne s'est pas cachée. Depuis l'origine, elle a assumé l'idée que cet accident résultait d'une faute. Petit à petit, les choses se sont clarifiées avec des rapports (...) Nous avons clairement des essais qui ont été mal conçus, avec du personnel pas formé. Nous avons aujourd'hui une nouvelle pièce qui achève d'enfoncer ce clou", a notamment déclaré au micro de France Bleu Alsace Gérard Chemla, l'avocat d'une partie des familles des victimes.

Pour rappel, le train était tombé dans un canal en Alsace (au niveau de la commune d'Eckwersheim) après avoir abordé à 265 km/h une courbe où la vitesse était prévue à 176 km/h. Il s'agit de la troisième enquête après celles de la SNCF et du Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT).

En novembre 2015, le déraillement d'une rame d'essai d'un TGV avait fait 11 morts.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-