Accidents de chasse: un député crée la polémique en proposant d'interdire le VTT

Accidents de chasse: un député crée la polémique en proposant d'interdire le VTT

Publié le :

Vendredi 19 Octobre 2018 - 20:58

Mise à jour :

Vendredi 19 Octobre 2018 - 21:02
Réagissant à la proposition d'interdire la chasse après la mort d'un vététiste en Haute-Savoie, un député LREM a proposé de plutôt interdire le VTT. Des propos "maladroites" et "mal interprétés" selon lui, qui ont créé la polémique.
©Jean-François Monier/AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La mort d'un vététiste, tué par un chasseur samedi 13 en Haute-Savoie, a une nouvelle fois provoqué un vif débat entre "pro" et "anti". Alors que la pratique est déjà critiquée par les défenseurs des animaux, la question s'est orientée sur la dangerosité de la chasse pour les promeneurs. Au point que certains ont été jusqu'à réclamer son interdiction pure et simple au nom de leur sécurité.

Le tweet d'un député LREM en réaction à cette proposition a créé une vive polémique et l'indignation de nombreux internautes.  "La chasse ne dure que 4 mois par an. Pourquoi ne pas interdire le VTT pendant la Chasse?", a interrogé Alain Perea, élu de la deuxième circonscription de l'Aude.

Une déclaration qui a suscité des moqueries sur le côté ubuesque de la mesure, certains mettant également en cause une inversion coupable des responsabilités entre le chasseur et la victime. Face à la tempête, le député a présenté ses excuses, assurant que ses propos "maladroits" et "mal interprétés" visaient à souligner la nécessiter de trouver un moyen pour que "chacun puisse vivre sa passion en tout sécurité".

Le drame qui s'est déroulé sur le territoire de Montriond restait inexplicable près d'une semaine après les faits. Selon les premiers éléments de l'enquête, le cycliste qui portait des couleurs vives était parfaitement identifiable et la visibilité dégagée.

"Il n’y a rien qui puisse expliquer pourquoi il a tiré", a reconnu le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen. "Il a cru voir un sanglier là où des millions de personnes auraient vu un mec sur un vélo". La fédération des chasseurs de Haute-Savoie a également condamné "un acte accompli visiblement sans respect des consignes élémentaires de sécurité, qui imposent notamment d’identifier avant de tirer".

Voir: Vététiste tué par un chasseur et accusé de viol: "mensonges" pour son père et sa compagne

Les premières constatations semblent également indiquer que le tir aurait été effectué à l'horizontale, alors que la règle pour le gros gibier est de réaliser des tirs "fichants", avec un tireur plus haut que sa cible pour que la balle finisse sa course dans le sol.

Durant la saison 2017-2018, l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a relevé 13 accidents mortels dont trois sur des "non-chasseurs". "La très grande majorité des accidents mortels restent liés à un manquement aux règles élémentaires de sécurité et en particulier au non-respect de l’angle de sécurité de 30°, à un tir sans identification et à une mauvaise manipulation de l’arme", précise-t-elle.

Lire aussi:

Tué par un chasseur: la visibilité était parfaite (procureur)

Des chasseurs abattent un éléphant et se font charger, la vidéo fait scandale

Le tweet d'un député LREM sur l'interdiction du VTT après un accident de chasse a fait polémique.


Commentaires

-