Aéroport de Toulouse: un avion perd une roue au décollage et poursuit son envol

Air Algérie

Aéroport de Toulouse: un avion perd une roue au décollage et poursuit son envol

Publié le :

Mercredi 14 Février 2018 - 07:22

Mise à jour :

Mercredi 14 Février 2018 - 07:30
Le 8 février dernier à l'aéroport de Toulouse-Blagnac, un avion de la compagnie Air Algérie a perdu une roue lors de son décollage. Pour le moment, aucune enquête n'a été ouverte pour comprendre l'origine de cet incident.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le vol aurait pu virer au drame. Le 8 février à l'aéroport de Toulouse-Blagnac, un avion de la compagnie Air Algérie a perdu une roue lors de son décollage. A ce moment, l'appareil (un Boeing 737-600) reliait la Ville rose à Oran, au nord-ouest de l’Algérie.

Selon les premières informations rapportées par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), l'avion aurait perdu au décollage "une pièce métallique qui appartiendrait à la roulette de nez", c'est-à-dire "un élément du train d'atterrissage situé sous le nez de l'avion". De son côté, la direction de l'aéroport de Toulouse a indiqué qu'"un axe de roue sectionné" avait été retrouvé sur la piste après le décollage de l'appareil mais pas de roue.

Une pièce importante dont l'absence s'est fait ressentir à l'atterrissage. En effet, selon les informations de l'agence Sabqpress, le commandant de bord aurait eu de grosses difficultés à stabiliser l'appareil. Elle a également précisé qu'il avait été mis au courant du problème lors du décollage par la tour de contrôle mais qu'il n'avait pas souhaité faire demi-tour. "A ce stade nous n'ouvrons pas d'enquête, nous nous coordonnons avec les autorités algériennes, l'avion étant arrivé en Algérie", a déclaré à l'AFP un porte-parole du BEA.

Lire aussi - Air Algérie: situation financière "difficile", mais pas de faillite

A noter que la compagnie aérienne a connu plusieurs incidents depuis le début de l'année, des incidents qui auraient pu être fatales. Le 4 février dernier par exemple, un incendie s'était déclaré dans l’un des réacteurs d’un avion qui faisait la liaison entre Alger et la capitale du Liban, Beyrouth. Le commandant de bord avait rapidement décidé de faire demi-tour et aucune victime n'avait été enregistrée. 

Quelques semaines plus tôt, le 9 janvier dernier, l'armée de l'Air française avait fait décoller un Mirage 2000 pour intercepter un appareil de la compagnie Air Algérie qui ne répondait pas au contrôle aérien. Finalement, l'avion avait repris contact avec les contrôleurs civils de Marseille quelques minutes avant son interception par l'avion de chasse.

A l'aéroport de Toulouse, un avion d'Air Algérie a perdu une pièce du train d'atterrissage au décollage.

Commentaires

-