Affaires Maëlys et Arthur Noyer: des crimes sans cadavre, malgré des recherches considérables

Affaires Maëlys et Arthur Noyer: des crimes sans cadavre, malgré des recherches considérables

Publié le :

Vendredi 22 Décembre 2017 - 17:56

Mise à jour :

Vendredi 22 Décembre 2017 - 18:15
© PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Si Nordahl Lelandais est bien l'auteur du meurtre de Maëlys de Araujo et de l'assassinat d'Arthur Noyer (ce qui reste à prouver, l'homme niant et étant présumé innocent), il a alors réussi à dissimuler les cadavres de telle manière qu'aucune recherche ne parvient à les découvrir. Le mystère reste en effet entier sur ce que sont devenus les corps de ces deux victimes.

C'est l'un des mystères les plus épais dans l'affaire de la disparition de Maëlys de Araujo et d'Arthur Noyer: où sont les corps? Si la justice considère que Maëlys est décédée et que depuis le 18 décembre, et les résultats d'une analyse sur un morceau de crâne, les enquêteurs ont la certitude que le caporal Noyer est mort, les deux cadavres n'ont jamais été retrouvés malgré les recherches.

Et ces dernières n'ont pourtant pas été minces. Pour Maëlys, une battue citoyenne (à l'organisation décriée) a tenté de passer au crible les environs des lieux de la disparition de la fillette. Puis gendarmes aidés par des unités spécialisées et du matériel dédié ont exploré de très nombreux points d'eau, allant jusqu'à fouiller dans le lac d'Aiguebelette (545 hectares tout de même). Des lieux très accidentés ont également été explorés. Des fouilles qui ont duré des mois et qui n'ont pas donné le moindre résultat.

Concernant le caporal Arthur Noyer, les recherches se sont également cantonnées dans un premier temps sur des plans d'eau aux alentours de Chambéry (Savoie), la ville où le jeune homme a passé une partie de la nuit entre plusieurs bars et une discothèque. Des chiens pisteurs ont essayé de repérer la trace du jeune homme depuis le centre-ville de la préfecture de Savoie et ses compagnons d'armes ont essayé de recueillir des témoignages en arpentant les rues.

Ce ne sera que cinq mois plus tard qu'une piste macabre sera découverte avec ce morceau de crâne aperçu par un promeneur à Montmélian, à quinzaine de minutes au sud-est de la ville. Le 18 décembre, alors que Nordahl Lelandais est en garde à vue, l'ADN parle: il s'agit bien d'un morceau de la tête du militaire de la caserne de Barby. Aucune autre piste n'a pour l'instant été révélée.

Aller plus loin: Affaire Maëlys: réseau "pédocriminel" et enlèvement sur commande, les théories du complot prolifèrent

Alors que les investigations suspectent un seul et même homme d'être l'auteur des faits, se pose alors la question de la capacité du suspect à dissimuler, au nez et à la barbe des fouilles les plus minutieuses, un cadavre. Une compétence et même une minutie qui étonne car si Nordahl Lelandais est bien l'auteur des crimes, ce qu'il nie, il n'a pas pris la précaution d'éteindre son téléphone sur un intervalle horaire plus étendu que celui des faits qui lui sont reprochés (pendant 39 minutes pour la petite Maëlys, et à 3h31 et 3h42 pour ses deux téléphones dans la nuit 11 au 12 avril). Mais l'homme a fait valoir son droit au silence sur ces questions face aux juges d'instruction et reste présumé innocent.

En l'absence de corps dans les deux affares, Nordahl Lelandais continue de se murer dans le silence du fond de sa cellule de la prison de Saint-Quentin-Fallavier. Si on connaît avec précision le parcours du dernier trajet d'Arthur Noyer, mais pas les causes exactes de sa mort, personne ne sait ce qu'il est advenu de la petite Maëlys, huit ans, cette nuit d'août alors qu'elle faisait la fête avec ses parents lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin en Isère.

Les recherches, malgré leur ampleur, n'ont pas permis de mettre la main sur les corps des victimes.


Commentaires

-