Affaire Maëlys: l'avocat de Nordahl Lelandais dénonce un "acharnement médiatique"

Affaire Maëlys: l'avocat de Nordahl Lelandais dénonce un "acharnement médiatique"

Publié le :

Mercredi 24 Janvier 2018 - 09:59

Mise à jour :

Mercredi 24 Janvier 2018 - 10:18
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Au micro de RTL ce mercredi, l'avocat de Nordahl Lelandais est revenu sur la demande de remise en liberté de son client, mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys et l'assassinat d'Arthur Noyer. Alain Jakubowic a une nouvelle fois affirmé que le dossier comportait de nombreuses "incohérences" dénonçant au passage un "acharnement médiatique" contre l'ancien militaire.

C'est la deuxième fois qu'il s'exprime. Au micro de RTL ce mercredi 24, l'avocat de Nordahl Lelandais est revenu sur la demande de remise en liberté de son client, mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys. "Nous avons considéré qu'il n'était pas décent de présenter cette demande de remise en liberté à la veille des fêtes de Noël par respect pour la famille. Nous l'avons fait début janvier", a rappelé Alain Jakubowic estimant qu'il y avait de nombreuses "incohérences" dans le dossier de l'ancien militaire, principal suspect dans l'affaire de la disparition de la fillette.

"Les médias et l'opinion publique ne fixeront pas le rythme de ce dossier. C'est à la justice de le faire", a-t-il ensuite martelé expliquant que l'opinion publique était dorénavant "conditionnée par certains médias qui fabriquent de la fausse information au sujet de ce dossier" et qui fabriquent "des prétendus scoops repris de façon quasi unanimes par la presse". Au passage, il a dénoncé un "acharnement médiatique" contre l'ancien militaire, fustigeant les "violation du secret de l'instruction".

Interrogé sur le rejet de sa demande, l'avocat s'est montré clair, ne se disant pas étonné de cette décision: "Je ne suis pas né de la dernière pluie. Je ne m'attendais pas à ce qu'immédiatement Nordahl Lelandais soit libéré", a-t-il ensuite expliqué avant de revenir sur la chronologie des faits, le soir de la disparition de la petite Maëlys, la nuit du 26 au 27 août dernier.

Pour rappel, il y a quelques semaines sur BFMTV, Alain Jakubowicz assurait que la fillette était encore présente à 3h15 alors que le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat, avait établi la disparition à 2h45 (environ l'heure à laquelle la vidéosurveillance montrerait la fillette dans le véhicule de Nordahl Lelandais). Pour affirmer cet horaire, l'avocat s'est basé sur plusieurs témoignages dont celui du cousin de la mère de Maëlys qui est depuis revenu sur ses déclarations.

A lire aussi - Disparition de Maëlys: 5 mois ont passé, Nordahl Lelandais toujours au centre des suspicions

"Ce témoin a été entendu au lendemain du drame, au moment où sa mémoire" était "évidemment la plus fraiche. Il a été réentendu un mois plus tard et a confirmé cette heure", s'est-il défendu rappelant que cette "heure de 3h15" était "validé par nombre d'autres témoignages et notamment par la compagne de ce monsieur qui était avec lui tout le long"

Enfin, Alain Jakubowic s'est confié sur l'état d'esprit de son client, expliquant qu'il niait les faits qui lui étaient reprochés et qu'il vivait actuellement "un enfer".

Nordahl Lelandais a également été mis en examen pour l'assassinat d'Arthur Noyer, un militaire disparu le 12 avril dernier et dont des restes ont été découverts en septembre. Selon les enquêteurs, les deux hommes ont fait un "trajet commun" le soir de la disparition.

Alain Jakubowic, l'avocat de Nordahl Lelandais, a dénoncé un "acharnement médiatique" ce mercredi au micro de RTL.


Commentaires

-