Affaire Maëlys - Une des clés de l'enquête: Nordahl L. est-il vraiment allé chercher de la drogue dans la soirée?

Affaire Maëlys - Une des clés de l'enquête: Nordahl L. est-il vraiment allé chercher de la drogue dans la soirée?

Publié le :

Jeudi 09 Novembre 2017 - 13:11

Mise à jour :

Jeudi 09 Novembre 2017 - 14:46
© JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Cela fait presque 11 semaines que la petite Maëlys de Araujo a disparu sur le parking de la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin (Isère). Le principal suspect, Nordahl Lelandais, clame son innocence. Il s'est absenté à plusieurs reprises au cours de la soirée pour, selon certaines sources, voire même sa défense, ravitailler en drogues la fête. La véracité ou non de cette déclaration pourrait être une clé de l'énigme.

C'est un point capital de l'investigation, en attendant l'audition prochaine de Nordahl Lelandais par les juges d'instruction chargés de l'investigation pour comprendre ce qui est arrivé à la petite Maëlys de Araujo. La fillette de neuf ans s'est volatilisée sur le parking de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Isère) en marge d'une soirée de mariage se tenant dans la nuit du 26 au 27 août.

L'ancien militaire de 34 as actuellement incarcéré clame toujours son innocence. A sa décharge, aucun élément ne prouve qu'il est bien parti avec la fillette dans sa voiture (bien qu'il ait dû reconnaitre, ADN à l'appui, qu'elle était montée dedans, au moins à l'arrêt). C'est surtout un faisceau de présomptions qui, sans l'accuser de manière irréfutable, l'accable. Et si la trace ADN est l'élément qui a déclenché sa garde à vue, c'est un autre fait sur lesquels l'enquête essaie de faire toute la lumière. Au cours de la soirée, à un horaire qui n'a pas encore été précisé avec certitude mais qui selon des témoignages pourrait correspondre au moment où la fillette a disparu, Nordahl Lelandais a quitté la fête (où il était invité pour le "dessert" après avoir assisté au vin d'honneur). Il est revenu peu après, alors que les invités commençaient à chercher l'enfant autour d'un suspect décrit comme "peu concerné" par l'inquiétude généralisée.

Selon une information publiée à l'origine par le magazine Paris Match, Nordahl Lelandais aurait fourni de la cocaïne à certains invités du mariage. Visiblement invité à aucun moment de la soirée, dans un premier temps, il aurait insisté pour participer à la noce et c'est en sa qualité de fournisseur possible de produits stupéfiants qu'il a réussi à participer à l'apéritif et à la fin du repas, n'étant pas présent à la cérémonie à proprement parler, ni au repas en lui-même. Il se serait même absenté au moins deux fois au cours de la soirée (dont une fois à l'heure fatidique) et aurait, selon L'Express, expliqué aux gendarmes que la deuxième fois c'était était bel et bien pour se fournir en stupéfiants, même s'il n'a pas identifié avec précision son dealer.

L'explication, malgré ses zones d'ombre plutôt gênantes pour la défense de Nordahl Lelandais, peut être plausible. Le jeune homme est en effet un toxicomane et petit trafiquant notoire qui a d'ailleurs été démobilisé de l'armée en 2007 pour des problèmes comportementaux et consommation de drogues alors qu'il était engagé au 132e bataillon cynophile comme maître-chien.

Selon le JDD, deux témoins, au moins, auraient confirmé que le suspect a bien fourni en cocaïne certains invités de la noce. Cependant, dans un témoignage qu'a pu se procurer France-Soir –en marge d'un échange tendu entre Sven Lelandais et des proches de Maëlys– une des participantes au mariage, une cousine de Maëlys de Araujo, cette thèse ne tient pas. Il n'y aurait pas eu de drogue lors de la fête (du moins rien apporté par Nordahl), et le ravitaillement en drogues dures n'est pas une explication de l'absence du trentenaire. "Arrête(z) de dire qu'il nous a amener (sic) de la coke ou quoi! Les médias, les journaux et lui disent n'importe quoi" s'emporte la jeune femme pour qui la culpabilité de l'homme ne fait visiblement aucun doute.

Reste sans doute un dernier espoir: une hypothétique photo prise par un radar ayant flashé l'Audi A3 du suspect et semblant montrer une silhouette blanche qui reste à identifier et qui pourrait confirmer la présence d'une enfant –Maëlys était vêtue de blanc ce soir-là– oo l'absence d'une autre personne que le conducteur à ce moment de la nuit. Problème: le parquet de Grenoble a démenti cette information, et a depuis ouvert une enquête pour violation du secret de l'instruction.

Le suspect clame son innocence et aucun élément indéniable de sa culpabilité n'a été avancé.


Commentaires

-