Affaire Maëlys: réseau "pédocriminel" et enlèvement sur commande, les théories du complot prolifèrent

Affaire Maëlys: réseau "pédocriminel" et enlèvement sur commande, les théories du complot prolifèrent

Publié le :

Vendredi 22 Décembre 2017 - 13:11

Mise à jour :

Vendredi 22 Décembre 2017 - 14:39
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Depuis le début de l'enquête la disparition de Maëlys a généré sur Internet son lot de théories, parfois conspirationnistes, où se mêlent réseaux pédophiles organisés et suspicions sur la famille. Les zones d'ombre du crime permettent en effet de nombreuses interprétations.

Dès les premiers jours de l'affaire, sur Internet, la disparition de la petite Maëlys de Araujo, avec sa part de mystère et les dénégations du suspect, a enflammé la toile. Et si de nombreux commentaires accablent Nordahl Lelandais, le jugeant coupable sans aucun doute et exigeant des mesures "radicales" dans le but de "le faire parler", d'autres hypothèses plus folles entourent l'affaire.

Parmi les théories "complotistes" (dans le sens où elles estiment que la vérité n'a aucun lien avec l'avancée de l'enquête sur la disparition de Maëlys, voir qu'elle est sciemment cachée), les plus simples concernent les doutes sur la position de certains membres de la famille de la petite. Plusieurs témoins ont en effet décrit, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans les auditions de la gendarmerie, un déroulement de leur soirée qui laisserait entendre que Maëlys était toujours dans la salle après 3h du matin, allant à l'encontre de la thèse du procureur de la République. Or une partie de ces témoignages a été retirée des réseaux sociaux et les intéressés répondent agressivement aux sollicitations de certains internautes s'improvisant enquêteurs. Ce qui pousse certains des ces amateurs qui veulent découvrir ce qui est arrivé à Maëlys à imaginer que la famille serait impliquée dans la disparition de l'enfant.

Ces témoignages existent bel et bien. France-Soir a d'ailleurs publié certains d'entre eux. S'ils vont bien sûr dans le sens de la défense de Nordahl, rien n'indique qu'ils sont probants. Si au moins quatre personnes (deux dont nous avons publié, les propos et deux citées par l'avocat du suspect Alain Jakubowicz) affirment avec certitude que l'enfant était là à 3h du matin, il restait un peu moins d'une centaine de personnes au moment de la disparition de la fillette. Soit potentiellement autant de témoignages qui peuvent corroborer l'horaire retenu par l'accusation, celui de 2h46 (la fillette étant vue vivante à 2h45).

Autre variante: la présence parmi les invités d'une dizaine de personnes étant inscrites sur un fichier incluant (mais pas exclusivement) des individus impliqués dans des affaires sexuelles, sans que l'enquête ne semble s'intéresser à eux (sachant que rien ne prouve qu'elle ne l'a pas fait, les 180 invités ayant été entendus par les gendarmes) selon les partisans d'une "vérité occultée".

Voir aussi: Exclusif - Les témoignages des proches de Maëlys qui corroborent la défense de Nordahl L.

Pourquoi alors les enquêteurs ne se penchent-ils pas plus sérieusement sur ces suspects dans l'esprit des "complotistes"? C'est là qu'intervient le deuxième niveau des théories les plus convaincues que l'investigation ment: l'auteur de l'enlèvement de l'enfant serait "protégé". Une protection qui intervient non pas pour sauver l'auteur du crime (que ce soit Nordahl ou non d'ailleurs, la théorie marche avec les deux hypothèses), mais parce que l'enfant aurait pu être remise à un réseau pédophile organisé et "couvert" par les plus hautes autorités judiciaires.

Dans le viseur des suspicieux: Jean-Yves Coquillat, le procureur de Grenoble. Ce dernier est en effet soupçonné d'occulter des "vérités" qui impliqueraient des réseaux pédophiles. Sur Internet circule notamment une "liste de magistrats véreux" que se transmettent les groupes de discussion complotistes où Jean-Yves Coquillat est décrit comme "membre d'un réseau pédocriminel" qui "protège les assassins et les violeurs d'enfants". En ligne de mire, ses conclusions sur l'affaire de l'instituteur pédophile de Villefontaine (Isère) expliquant que ce dernier, qui venait de se suicider, n'avait pas de complices. Pour les accusateurs, c'était là une manière d'étouffer une affaire où la marque du "réseau" était évidente eu égard aux défaillances (bien réelles au demeurant) de l'administration, l'instituteur étant un récidiviste qui continuait d'enseigner. La fameuse "liste" est diffusée sur un site connu de la "complosphère" ("stopmensonges"), décrit par le Décodex du Monde comme un média "qui héberge des théories conspirationnistes sur les extraterrestres ou sur le contrôle mental".

Aller plus loin: Disparition de Maëlys: une nouvelle affaire Grégory?

Reste à savoir comment cette communauté conspirationniste, vivace sur Internet, et qui a succédé à celle des "médiums" active dans un premier temps avant de tomber en désuétude, va encaisser le choc de la mise en examen de Nordahl Lelandais dans l'affaire Arthur Noyer. Pour rappel, l'ancien militaire a borné précisément avec son mobile sur le même parcours que le caporal dont un morceau du crâne a été retrouvé en septembre par un promeneur à Montmélian (Savoie). C'est donc plutôt le profil d'un possible tueur en série (toujours présumé innocent) qui se dessine, ce qui ferait plus pencher la balance vers la thèse d'un criminel solitaire. A moins que de nouvelles théories n'émergent en mettant en avant cette fois la culpabilité de Nordahl Lelandais qui aurait bel et bien enlevé la fillette pour répondre à "une commande". Théories qui ne considéreraient pas comme farfelue l'idée que ladite "commande" ait pu se faire lors d'un mariage, en présence des parents et d'une centaine de témoins. Et qui sont bien en peine de s'appuyer sur des éléments tangibles.

Les théories les plus folles circulent sur la disparition de la petite Maëlys.


Commentaires

-