Affaire Grégory: après les mises en examen des époux Jacob et de Murielle Bolle, le scénario se précise

Affaire Grégory: après les mises en examen des époux Jacob et de Murielle Bolle, le scénario se précise

Publié le :

Vendredi 30 Juin 2017 - 11:00

Mise à jour :

Vendredi 30 Juin 2017 - 11:16
©AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Murielle Bolle, qui n'avait que 15 ans en 1984 quand le petit Grégory a été retrouvé mort dans la Vologne, a été mise en examen pour "enlèvement suivi de mort" jeudi. Elle aurait œuvré avec son beau-frère Bernard Laroche, avant de livrer l'enfant aux époux Jacob, de leur côté mis en examen pour "séquestration et meurtre".

Murielle Jacob, âgée de 15 ans lors de la mort de Grégory Villemin en octobre 1984, a été mise en examen pour enlèvement suivi de mort puis placée en détention provisoire jeudi 29. Comme pour les époux Jacob (le grand-oncle et la grande-tante du petit garçon de 4 ans), mis en examen pour séquestration et meurtre il y a deux semaines, une audience devrait rapidement avoir lieu pour décider de son maintien ou non en détention. Marcel et Jacqueline Jacob, 72 ans tous les deux, ont eux été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Avec cette nouvelle arrestation, le déroulé de ce qu'il s'est vraiment passé ce fameux 16 octobre 1984, jour où le corps de Grégory a été retrouvé dans les eaux de la Vologne, se précise pour les enquêteurs. Il y a plus de 30 ans, Murielle Bolle, alors adolescente et aujourd'hui mère de famille de 48 ans, avait accablé son beau-frère, Bernard Laroche, lors de son témoignage. Elle avait raconté que ce dernier était venu la chercher au collège, était allé récupérer Grégory chez ses parents, s'était arrêté en route en faisant descendre l'enfant, pour ne jamais remonter avec.

Bernard Laroche avait été inculpé dans la foulée… mais Murielle Bolle s'était finalement rétractée, sous "les pressions de ses proches" selon son avocat Me Jean-Paul Teissonniere. Bernard Laroche avait alors été libéré avant d'être tué d'un coup de fusil par Jean-Marie Villemin, le père de Grégory, qui ne croyait pas à l'innocence de son cousin.

Ce qui se dessine donc pour les enquêteurs est donc un scénario "collectif". Bernard Laroche et Murielle auraient été complices dans l'enlèvement, qu'ils auraient ainsi livré aux époux Jacob, qui de leur côté se seraient chargés d'assassiner le petit Grégory.

Cette hypothèse est survenue après le témoignage d'un cousin éloigné de Murielle Bolle, qui a confié aux enquêteurs le 17 juin dernier avoir subi des violences de la part de celle qui n'avait que 15 ans à l'époque.

Pour Me Jean-Paul Teissonniere, son récit ne tient pas la route. "Il y a des aveux par l'intermédiaire de son cousin éloigné qui vient, trente-deux ans plus tard, alors qu'il ne s'était pas manifesté, qu'ayant vu la télévision tourner en boucle sur ces questions-là, il s'est souvenu que, elle lui avait dit que..." a-t-il expliqué sur BFMTV, regrettant qu'aucune confrontation n'ait eu lieu entre Murielle Bolle et son cousin.

L'enquête ne cesse d'évoluer ces derniers jours. Les auditions s'enchaînent. Pour ce qui est de ces nouvelles accusations de violences, contre son cousin, Murielle Bolle nie tout en bloc.

Bernard Laroche et Murielle auraient été complices dans l'enlèvement, qu'ils auraient ainsi livré aux époux Jacob, qui de leur côté se seraient chargés d'assassiner le petit Grégory.


Commentaires

-