Affaire Théo: neuf mois après son agression, le jeune homme souffre toujours mais a pardonné

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 26 octobre 2017 - 15:46
Image
Théodore Luhaka
Crédits
©Capture d'écran TF1/LCI
Neuf mois après son agression, le jeune Théo souffre encore de séquelles physiques et morales.
©Capture d'écran TF1/LCI
Victime en février dernier d'une arrestation musclée, durant laquelle un policier lui aurait introduit une matraque dans l'anus, lui causant de graves blessures et un traumatisme d'autant plus important, Théodore Luhaka reprend peu à peu le cours de sa vie. Et alors que l'agent qui lui aurait fait ça doit être entendu au tribunal de Bobigny ce jeudi, le jeune homme a assuré lui avoir pardonné, ainsi qu'aux autres policiers témoins de la scène.

Le 2 février dernier, Théodore Luhaka, 22 ans, originaire de la cité des 3.000 à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, se soumet à un contrôle d'identité, tout ce qu'il y a de plus banal à première vue. Mais les événements prennent rapidement une tournure dramatique car les policiers qui l'interpellent auraient fait preuve de brutalité. L'un d'eux aurait été même jusqu'à lui introduire une matraque dans l'anus, lui causant une fissure anale de 10 cm, 60 jours d'ITT, l'obligation de porter une poche à vie et un traumatisme indélébile.

Le 5 février, l'un des fonctionnaires est mis en examen pour viol, ses trois collègues pour violences volontaires en réunion. Tous sont suspendus de leurs fonctions. L'affaire Théo fera encore des vagues pendant plusieurs semaines. Des manifestations de soutien dans son quartier dégénèreront, pendant que sur le plan juridique certains minoreront les faits de viol, mais évoqueront plus des violences policières, un terme utilisé à cause du "caractère non intentionnel" du geste du policier. La parole du jeune homme sera aussi mise en cause.

Ce jeudi 26, alors que le policier mis en examen pour viol devait être entendu pour la première fois par le juge d'instruction en charge de l'affaire, Théo s'est confié sur LCI et a assuré avoir pardonné à ses agresseurs: "Je suis un croyant et Dieu pardonne tout le monde (...) je les pardonne et je les laisse entre les mains de Dieu".

Le jeune homme, toujours affaibli par son agression, poursuit sa convalescence. Il reprend peu à peu le cours de sa vie. Il a récemment repris un travail à mi-temps, mais en dehors de ça, beaucoup de choses ont changé. Il ne peut plus faire de sport, à cause de la poche qui le limite dans ses mouvements. Et il éprouve régulièrement le besoin d'être seul.

Il tente tant bien que mal de reprendre le dessus, tout en étant persuadé qu'au contraire des autres victimes de viol justice ne sera pas rendue.

À LIRE AUSSI

Image
Théo avec François Hollande dans sa chambre d'hôpital
Cinq mois après son agression Théo témoigne: "il y en a encore qui me provoquent avec leur matraque"
Cinq mois après son interpellation violente par les policiers à Aulnay-sous-Bois, Théo s'est confié sur sa convalescence à BFMTV. Le jeune homme assure encore subir de...
28 juin 2017 - 16:41
Société
Image
Théo entouré de sa mère et de l'une de ses soeurs.
Aulnay-sous-Bois: la famille de Théo accusée d'avoir détourné près de 680.000 euros de fonds publics
La famille proche de Théo, le jeune homme qui aurait été violé par un policier début février, et plus particulièrement son frère, est suspectée d'avoir détourné près d...
23 février 2017 - 20:47
Société
Image
Un surveillant de prison à Fresnes, le 20 septembre 2016
Accusation de viol contre trois surveillants de la prison de Meaux: une affaire Théo derrière les barreaux
Trois surveillants pénitentiaires de la prison de Meaux ont été placés ce lundi en garde à vue après qu'ils ont été accusés de violences et de viol par un détenu. Une ...
16 octobre 2017 - 18:06
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.