Agen: le prof homosexuel et piégé par un élève est suspendu, il attaque le lycée pour "discrimination"

Biaisé ou pas ?

Agen: le prof homosexuel et piégé par un élève est suspendu, il attaque le lycée pour "discrimination"

Publié le :

Samedi 31 Décembre 2016 - 11:33

Mise à jour :

Samedi 31 Décembre 2016 - 11:35
En 2015, un enseignant d'espagnol, de nationalité équatorienne, voit son homosexualité révélée par un élève qui diffuse des photos envoyées sur un site de rencontres gay. Il est mis à l'écart de l'établissement. Il vient de porter plainte.
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un professeur d’espagnol du lycée Jean-Baptiste-de-Baudrie à Agen a décidé le 29 décembre de porter plainte contre l’établissement –où il n’enseigne plus aujourd’hui– pour "discrimination". Il reproche à l’établissement de l’avoir écarté suite à un scandale interne à l'école, parce qu’il était homosexuel, chose qui a été révélée par le piège tendu par l’un de ses élèves.

Les faits remontent à 2015. L’homme, de nationalité équatorienne, arrive de son pays, recruté par l’Education nationale pour dispenser des cours d’espagnol. Un jour de mars 2015, il discute chez lui avec d’autres hommes via une application de rencontres gay, strictement réservée aux majeurs. Là, il envoie des photos "intimes" à un interlocuteur (sous pseudo donc). Il s’avèrera qu’il s’agissait de l’un de ses élèves scolarisé en seconde (et donc mineur) qui fera des captures d’écran de ces clichés, et les fera tourner dans l’établissement.

L’enseignant se verra interdire l’accès à Jean-Baptiste-de-Baudrie. Il contestera cette décision auprès du tribunal administratif de Bordeaux qui donnera cependant raison au proviseur qui a pris la décision: "Alors même qu’à l’origine les échanges s’étaient déroulés dans un cadre privé, leur divulgation au sein de la classe, quelles qu’en soient les conditions, portait nécessairement atteinte à la sérénité des élèves et au bon déroulement des cours", avait jugé la cour.

Après cette défaite judiciaire, l’homme est retourné en Equateur. Il estime aujourd’hui que la nature de sa sexualité, ainsi que son statut d’étranger ont agi défavorablement auprès de l’établissement qui n’aurait pas agi de même s’il avait été un hétérosexuel français.

Ni le rectorat ni l’établissement, fermé cette semaine, n’ont pour l’instant commenté l’affaire.

 

L'enseignant a porté plainte le 29 décembre.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-