Agression de surveillants pénitentiaires à Mont-de-Marsan: le détenu condamné à deux ans de prison

Agression de surveillants pénitentiaires à Mont-de-Marsan: le détenu condamné à deux ans de prison

Publié le :

Mardi 06 Février 2018 - 18:14

Mise à jour :

Mardi 06 Février 2018 - 18:20
L'homme qui a agressé sept gardiens de prison à Mont-de-Marsan le 15 janvier dernier a été condamné ce mardi à deux ans de prison. Ilyès Tafer purge déjà une peine de 20 ans pour meurtre en état de récidive.
© PATRICK KOVARIK / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En pleine grogne des surveillants pénitentiaires, l'incident avait pris une dimension particulière. Le détenu qui a agressé sept gardiens de prison à Mont-de-Marsan (Landes) le 15 janvier dernier a été condamné ce mardi à deux ans de prison, conformément aux réquisitions du parquet.

Ilyès Tafer était connu pour son comportement agressif. Il avait été condamné à 20 ans de prison en 2015 pour les meurtres de deux jeunes survenus 2012 en Isère, moins de deux semaines après en être sortie. Il avait été condamné pour avoir poignardé un vigile de supermarché.

Voir: Mont-de-Marsan - un détenu agresse sept surveillants de prison

Les violences ont débuté dans la salle de sport du pénitencier Pémégnan, un endroit ultra-sécurisé, où les détenus passent à chaque fois par un portique de sécurité et sont fouillés en cas de problème. L'alarme s'est déclenchée en raison de la prothèse que porte Ilyès Tafer. Ne supportant pas la fouille qui s'en est suivie, le détenu s'est montré agressif envers les surveillants et les a violement agressés alors qu'ils le conduisaient au "mitard". Cinq d'entre eux ont été blessés.

Interrogé sur le fait qu'il a crié "Allah Akbar" au moment des faits, il a assuré ne pas être "radicalisé". Il a présenté ses excuses aux gardiens. Son avocat a évoqué "la goutte d'eau qui a fait débordé le vase" alors que son client est "ballotté d'établissement en établissement, alors même qu'il doit relever d'une maison centrale pour purger correctement et efficacement une peine de détention, rapporte France Bleu.

Il a également déclaré que son client a pu agir en connaissance de cause pendant le mouvement de contestation des surveillants, peut-être pour être transféré plus vite. Suite à l'agression, il a été envoyé dans un autre centre.

Un protocole d'accord avait été trouvé entre la ministre de la Justice et le principal syndicat dans les jours qui ont suivi, mais certains gardiens continuaient de manifester leur colère lundi 5.

Le détenu avait agressé sept surveillants en plein mouvement social de ces derniers.


Commentaires

-