Ain: une mère de famille étrangle son petit garçon avant de se donner la mort par pendaison

Ain: une mère de famille étrangle son petit garçon avant de se donner la mort par pendaison

Publié le :

Mercredi 18 Octobre 2017 - 19:48

Mise à jour :

Mercredi 18 Octobre 2017 - 19:55
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Disparus depuis mardi, une mère de famille et son fils de quatre ans ont été retrouvés morts ce mercredi dans le bois du Crozet lors d'une battue. Dépressive, elle aurait étranglé son fils avant de se donner la mort par pendaison.

Macabre découverte. Disparus depuis mardi 17, une mère de famille et son fils de quatre ans ont été retrouvés morts ce mercredi 18 dans le bois du Crozet lors d'une battue. Selon les informations rapportées par Le Progrès, elle était venue chercher son petit garçon à l'école dans la matinée de mardi, 45 minutes après que son père soit venu le déposer. Un peu plus tard dans la journée, inquiet de ne pas avoir de nouvelles, ce dernier a finalement donné l'alerte.

Les gendarmes ont alors immédiatement lancé un avis de recherche suite à cette disparition jugée inquiétante. La brigade cynophile ainsi qu'un hélicoptère ont été mobilisés pour tenter de les retrouver. Leurs corps ont finalement été découverts à 500 mètres du domicile familial.

D'après les premiers éléments divulgués, la mère de famille était dépressive et aurait étranglé son fils avant de se donner la mort par pendaison. Une enquête, menée par les militaires de la brigade de recherches de Gex, a été ouverte afin d'éclaircir les zones d'ombre de ce drame.

Suite à quoi, la maire de la commune de Crozet, Dominique Donzé, a pris la parole affirmant que tout le monde était bouleversé par ce qui venait de se passer, et notamment "les enseignants et le personnel de l'école", où le petit garçon poursuivait sa scolarité.  Quant au père de famille, il aurait affirmé que son épouse avait récemment participé à un séminaire de méditation en Italie précisant qu'elle se trouvait, depuis son retour, dans un état de "grande détresse", selon les informations du Parisien.

La mère de famille était dépressive selon les premiers éléments de l'enquête.

Commentaires

-