Aisne: un voisin raciste condamné pour menaces et insultes islamophobes

Aisne: un voisin raciste condamné pour menaces et insultes islamophobes

Publié le :

Jeudi 14 Juin 2018 - 10:48

Mise à jour :

Jeudi 14 Juin 2018 - 10:54
Un homme de 48 ans, résidant dans le quartier Vermand à Saint-Quentin (Aisne), a été condamné mardi à une peine de prison avec sursis pour des menaces et insultes islamophobes contre ses anciens voisins. Le couple victime avait été forcé de déménager pour échapper aux violences verbales.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un voisin raciste a été condamné à six mois de prison avec sursis mardi 12 par le tribunal correctionnel de Picardie pour des menaces et insultes islamophobes à l'encontre d'un couple d'anciens voisins.

L'homme, âgé de 48 ans, avait proféré des insultes racistes contre ces personnes, qui avaient été contraintes de partir pour fuir ces violences verbales, seulement un mois après avoir emménagé dans l'appartement situé au-dessus de celui du quadragénaire.

Les faits se sont déroulés dans le quartier Vermand à Saint-Quentin dans l'Aisne. Ils remontent au mois de février.

Lire aussi: ni Arabes ni voiles - racisme dans un restaurant parisien?

Selon Le Courrier Picard, l'individu avait menacé ce couple de voisins avec une feuille de boucher. Il était en colère à cause d'une fuite d'eau au-dessus qui impactait son propre appartement.

Les victimes avaient porté plainte. A l'issue de sa garde à vue, le quadragénaire était sorti libre mais sous contrôle judiciaire.

Sauf que deux jours après, il avait à nouveau proféré des menaces et des insultes racistes. "Sale bougnoule du haut, tu vas saigner comme un mouton. Je vais vous faire péter la mosquée", aurait-il ainsi lancé, alors que des policiers étaient devant sa porte. Puisqu'ils venaient d'être appelés pour intervenir à nouveau sur ce violent conflit de voisinage.

Ce jour-là, le prévenu assure avoir abusé de l'alcool: "J’avais bu un petit peu aussi. Je me suis laissé emporter".

La voisine, mère de famille, qui a expliqué avoir payé deux loyers en mars pour déménager au plus vite, a aussi dit lors de l'audience que l'accusé n'avait pas respecté son contrôle judiciaire: "Un jour, il est venu s’asseoir à côté de moi dans le bus, il m’a dit qu’il n’en avait rien à foutre".

Cette fois, il a écopé de six mois de prison avec sursis. Et s'il récidive, il devra passer par la case prison.

Un homme a été condamné mardi par le tribunal correctionnel à six mois de prison avec sursis pour des menaces et insultes islamophobes envers ses anciens voisins.


Commentaires

-