Albi: le maire menacé de mort, un opposant écologiste soupçonné

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Albi: le maire menacé de mort, un opposant écologiste soupçonné

Publié le 26/06/2018 à 11:44 - Mise à jour à 11:55
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un militant écologiste résidant à Albi a été placé en garde vue vendredi dernier car le justice le soupçonne d'être l'auteur d'une lettre de menaces contre la maire de la ville Stéphanie Guiraud-Chaumeil. L'affaire porterait sur des nuisance sonores liées au circuit automobile de la ville.

L'individu soupçonné nie farouchement être l'auteur des faits. Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire d'Albi dans le Tarn, a récemment reçu une lettre anonyme comportant une menace de mort au sujet de nuisances sonores qui seraient dues au circuit automobile de la ville. Vendredi 22, un militant écologiste, membre de l'association Albi Vert Demain, a été placé en garde à vue dans le cadre de cette affaire.

Selon Le Tarn libre, qui révèle l'information, l'intéressé a été laissé libre au terme de sept heures de garde à vue. L'hebdomadaire précise que la lettre faisait référence "au circuit automobile pour lequel une mobilisation est engagée depuis plusieurs mois par le C.R.A.A.C.81 pour demander aux autorités publiques de faire appliquer la loi sur le bruit et la protection de la santé, dénonçant des «nuisances sonores» impactant «6.000 habitants dans un rayon de 1.000 mètres»". La missive, anonyme, a été réalisée par le biais d'un collage de lettres découpées dans différents journaux. Elle est adressée à "Madame la maireSSe d’Albi", le double "s" étant une référence aux SS, unité militaire parallèle du IIIe Reich et Etat dans l'Etat de l'Allemagne nazie.

Lire aussi - Nice: le président de l'université sort de ses gonds et menace de mort un manifestant

Interrogé par La Dépêche du Midi, le suspect a raconté que les armes dont il dispose ont été saisies. "J’ai reçu la convocation jeudi à 16 heures pour le lendemain 9 heures. Et deux heures après, j’avais trois gendarmes chez moi, venus saisir ma carabine 22 long rifle et une carabine de chasse avec laquelle je n’ai jamais tiré une balle. J’avais perdu la clé de l’armoire. Je leur ai proposé de la mettre sous scellé et j’ai refait faire une clé. Ils pourront prendre les armes à mon retour". Il a nié être le corbeau à l'origine de la lettre de menace.

Cette lettre anonyme a été dénoncée par Pascal Pragnère, élu écologiste d'Albi et soutien de l'association Albi Vert Demain. "Cette lettre anonyme et les menaces de mort qui l’accompagnent sont inadmissibles. Albi Vert Demain condamne toute action illégale et ne peut cautionner de tels actes. Notre combat consiste à agir sur un plan légal, par des actions citoyennes et juridiquement uniquement", a-t-il expliqué au quotidien.

Albi Vert Demain, de son côté, a défendu son militant et a affirmé que "transformer une victime en agresseur est une stratégie courante pour décrédibiliser et criminaliser l'action militante", dénonçant au passage "une intimidation inacceptable en démocratie".

Le suspect sera convoqué par les forces de l'ordre une nouvelle fois le 12 juillet prochain. L'enquête se poursuit.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


La maire d'Albi, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, est victime de menaces de mort.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-