Alfortville: à 76 ans, elle est interpellée avec un pistolet dans sa maison de retraite

Mamie tromblon

Alfortville: à 76 ans, elle est interpellée avec un pistolet dans sa maison de retraite

Publié le :

Mardi 10 Juillet 2018 - 15:43

Mise à jour :

Mardi 10 Juillet 2018 - 15:53
Une femme de 76 ans a été interpellée dans sa maison de retraite d'Alfortville lundi. Elle était en possession d'un pistolet d'alarme et d'une bombe lacrymogène.
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Elle était armée jusqu'aux dents. Une vieille dame, âgée de 76 ans, a été interpellée lundi 9 au matin à Alfortville dans la maison de retraite où elle réside pour un motif pour le moins surprenant au regard de son profil. En effet, la septuagénaire a été appréhendée pour... port d'arme.

L'affaire est révélée par Le Parisien. Les forces de l'ordre ont été appelées vers 10h par la directrice de l'établissement pour personnes âgées. Elle leur livre un récit pour le moins surprenant. Peu avant, la "suspecte" s'est présentée à l'accueil de la maison de retraite avec une mallette qu'elle a refusé d'ouvrir malgré l'insistance du personnel.

Lire aussi - Pas-de-Calais: une vieille dame tuée par son mari devant sa maison de retraite

Une fois sur place, les forces de l'ordre ont procédé à l'ouverture de la mallette qui contenait des objets fort surprenant pour une dame de cette âgé. "A l’intérieur: un pistolet d’alarme semi-automatique avec un chargeur contenant 7 cartouches à blanc mais aussi une bombe lacrymogène", précise le quotidien. La septuagénaire s'est laissé interpeller sans violence et sans esclandre.  

Le personnel de la maison de retraite a précisé que la dame n'avait pas sorti ses armes et n'avait menacé personne avec. L'établissement n'a pas souhaité porter plainte. Au cours de son audition par les forces de l'ordre, elle n'a pas été en mesure de d'expliquer pourquoi elle détenait ces armes mais juste qu'elle se les était procuré en 2016. "Elle n’avait pas de raison à avancer. Elle n’a peut-être pas non plus toutes ses facultés", a expliqué au Parisien un policier.

A l'issue de son audition, la septuagénaire a été remise en liberté après avoir écopé d’un rappel à la loi. Les policiers ont expliqué qu'ils garderont tout de même un bon souvenir de cette étrange affaire.

La septuagénaire possédait un pistolet d'alarme.

Commentaires

-