"Allah Akbar": les attaques de déséquilibrés criant que "Dieu est grand" se sont multipliées depuis 6 mois

Etrange tendance

"Allah Akbar": les attaques de déséquilibrés criant que "Dieu est grand" se sont multipliées depuis 6 mois

Publié le :

Jeudi 14 Septembre 2017 - 11:24

Mise à jour :

Vendredi 15 Septembre 2017 - 15:29
Un homme atteint de graves troubles psychiatriques a attaqué des passants et des policiers mercredi à Toulouse en hurlant "Allah Akbar". Plusieurs agressions de ce type, sans lien ni avec le terrorisme ni même avec l'islamisme se sont déroulées ces derniers mois, avec une régularité pour le moins étrange, en étant souvent le fait de déséquilibrés.
© DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'homme de 42 ans a agressé mercredi 13 en pleine rue des passants et des policiers dans le quartier des Minimes à Toulouse aux cris de "Allah Akbar". Même si l'enquête n'a pas encore expliquée précisément les motivations de l'individu, le quadragénaire semblait passablement dérangé et avait en outre des antécédents psychiatriques. Il avait été hospitalisé dans un établissement spécialisé et en était ressorti en avril.

Or, ce n'est pas la première fois que des agressions commises par des individus psychiquement instables et agissant en pleine rue hurlant "Allah Akbar" se produisent. A chaque fois, plusieurs points communs se retrouvent: un homme isolé, menant une attaque violente mais désordonnée, poussant le cri de ralliement déjà entendu chez les islamistes, mais dont l'action n'est pas réellement menée pour des considérations terroristes, ni en lien avec la religion. Le nombre cas rien que sur les six derniers mois est déjà éloquent.

Dimanche 20 août, un individu a ainsi foncé sur des policiers dans le 18e arrondissement de Paris en hurlant les deux mots. Agé de 51 ans, il a été interné.

Mardi 25 juillet, c'est armé d'un couteau et muni d'un coran qu'un individu s'est retranché à son domicile avant d'attaquer des policiers intervenant sur les lieux à Villeurbanne, dans le Rhône. Il vociférait "Allah Akbar" en agitant sa lame de 40 centimètres quand les forces de l'ordre l'ont neutralisé avec des pistolets à impulsion électrique.

Dimanche 18 juin, c'est dans un secteur plus inattendu, la petite commune de Laroque-Timbaut dans le Lot-et-Garonne, qu'un agriculteur de 56 ans été poignardé à proximité de sa moissonneuse-batteuse par un trentenaire arrivé sur les lieux en scooter. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'agression s'expliquait par un différend au niveau du bruit de la moissonneuse. C'est pourtant bien aux cris de "Allah Akbar" que le quinquagénaire a été blessé.

Enfin, le vendredi 17 mars, un déséquilibré a semé la terreur dans un centre de soins à Flavigny, en Meurthe-et-Moselle où il s'tait introduit en hurlant également en arabe que "Dieu est grand" avant de s'enfuir. Devant la crainte d'un risque terroriste, d'importants moyens avaient été déployés pour retrouver l'homme qui s'avérait souffrir de troubles psychiatriques.

Ces cas de figure ne doivent bien sûr pas occulter les "vrais" attentats qui, rien que pour les trois dernières semaines, à Buckingham ou à Bruxelles, se sont déroulés aux cris de "Allah Akbar" en étant des attaques certes d'individus isolés, mais répondant à une logique terroriste, dans l'attente de confirmation officielle par les enquêtes actuellement en cours.

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

Les policiers sont souvent pris pour cible par ces individus isolés et passablement dérangés.

Commentaires

-