Arnaque sur Le Bon Coin: ils tendent un piège à un homme...policier

Arnaque sur Le Bon Coin: ils tendent un piège à un homme...policier

Publié le :

Jeudi 06 Juillet 2017 - 18:57

Mise à jour :

Jeudi 06 Juillet 2017 - 19:01
©FrancoBouly/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En mai dernier sur le site Le Bon Coin, deux braqueurs de 31 et 37 ans ont tenté de tendre un piège à un homme qui se trouvait être en réalité… un policier expérimenté de 40 ans. Ils ont comparu ce jeudi devant le tribunal correctionnel d'Evry (Essonne) pour répondre de leurs actes.

Ils ne savaient pas à qui ils avaient affaire. Sur le site Le Bon Coin, deux braqueurs de 31 et 37 ans ont tenté de tendre un piège à un homme qui se trouvait être en réalité… un policier expérimenté de 40 ans. Les faits remontent au mois de mai. Sans grande appréhension, les malfaiteurs avaient mis en vente un véhicule sur le site de petites annonces et espéraient dérober à leur victime la somme convenue. Le tout: sans lui remettre la voiture, mise en vente pour la somme 11.000 euros. Au total, 3.000 euros étaient exigés en liquide.

Le jour de la transaction, le policier toulousain s'est donc rendu à Massy-Palaiseau (Essonne) pour acheter la Peugeot 3008. Mais au dernier moment, le vendeur a changé le lieu de rendez-vous, lui demandant par téléphone de se rendre aux Ulis, à une dizaine de kilomètres du lieu de l'échange. La victime a alors refusé, lui proposant de se retrouver à Bures-sur-Yvette, dans le même secteur. C'est là que les choses ont dégénéré. Une fois arrivé sur les lieux, le policier s'est fait asperger de gaz lacrymogène par un homme cagoulé qui a tenté de lui dérober sa sacoche. Il l'a également menacé avec un couteau.

Manque de chance pour le malfaiteur, le policier, qui n'était pas en service, portait sur lui son arme à feu (autorisé depuis la mise en place de l'état d'urgence). "Lorsqu’il a annoncé sa qualité de policier et sorti son arme de service, le braqueur s’est une nouvelle fois jeté sur lui, le couteau à la main", a expliqué à 20 Minutes Christian Magro, chef adjoint de la Sûreté départementale de l’Essonne, en charge de l’enquête. Suite à quoi, le policier a tiré un coup de feu sur le sol, mettant en fuite son agresseur.

Une enquête a alors immédiatement été ouverte par la Sûreté départementale de l'Essonne dans le but de leur mettre la main dessus. Puis, après de longues recherches, ils sont parvenus à remonter jusqu'au cybercafé d'où avait été postée l'annonce. Les deux hommes ont ensuite été interpellés par les forces de l'ordre et ont comparu ce jeudi 6 devant le tribunal correctionnel d'Evry (Essonne).

Les malfaiteurs exigeaient 3.000 euros en liquide.


Commentaires

-