Attaque du Louvre: l'état de santé d'Abdallah El-Hamahmy s'est fortement dégradé

Attaque du Louvre: l'état de santé d'Abdallah El-Hamahmy s'est fortement dégradé

Publié le :

Mardi 07 Février 2017 - 19:30

Mise à jour :

Jeudi 09 Février 2017 - 12:47
©Mahmood Shahiin/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le principal suspect dans l'attaque des quatre militaires au Louvre vendredi n'est plus en garde à vue. Son état de santé, qui s'est fortement dégradé, n'est plus compatible avec la poursuite de cette mesure. Juste avant, il avait livré sa première version des faits aux enquêteurs, pas convaincus par son histoire.

L'assaillant qui s'en est pris à quatre militaires à la machette vendredi 3 dans la galerie marchande du musée du Louvre, et qui a confirmé ce mardi 7 être Abdallah El-Hamahny, n'est plus en état de répondre aux questions des enquêteurs.

Son état de santé s'est "fortement dégradé" dans l'après-midi ce mardi. Sa garde à vue a donc été levée car ce dispositif n'est plus compatible avec l'état de santé dans lequel il se trouve.

L'homme, grièvement blessé au ventre par des tirs de riposte des policiers, avait commencé à parler aux enquêteurs lundi 6, à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, où il est soigné. Il avait notamment confirmé son identité mais des vérifications sont toujours en cours à ce sujet, des documents ont été transmis à l'Egypte pour authentification.

Selon une information de LCI, le suspect aurait commencé à évoquer les raisons qui l'ont poussé à attaquer les militaires au Louvre. Il a expliqué avoir simplement voulu dégrader les oeuvres d'art du musée, avec les bombes de peinture retrouvées dans son sac. Il a également dit n'avoir aucun complice.

Mais les enquêteurs ont énormément de mal à croire à cette première version des faits car son discours était illogique. Il a notamment déclaré que son seul but était d'abîmer les peintures et que les machettes, qu'il dit n'avoir pas aiguisées, avaient pour objectif de repousser les policiers si on l'en empêchait. Machettes qu'il tenait pourtant dans chaque main quand il s'en est pris aux militaires en criant "Allah Akbar", en blessant légèrement un à la tête.

Les enquêteurs ont également découvert en visionnant les caméras de surveillance du Carrousel du Louvre, où a eu lieu l'attaque, qu'Abdallah El-Hamahny avait effectué, quelques jours plus tôt, des repérages dans le musée, se fondant dans un groupe de touristes. Mais ils n'ont pas pu pousser l'interrogatoire plus loin à cause de l'état de santé du terroriste.

A noter qu'aucune revendication n'est venue glorigier cette attaque.

Abdallah Hamahny était enfin sorti du silence et avait confirmé son identité.


Commentaires

-