Attaque à Orly: deux hommes en garde à vue soupçonnés d'avoir fourni l'arme au terroriste djihadiste

Attaque à Orly: deux hommes en garde à vue soupçonnés d'avoir fourni l'arme au terroriste djihadiste

Publié le 21/03/2017 à 11:55 - Mise à jour à 12:10
© Benjamin CREMEL / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux hommes ont été placés en garde à vue lundi 20. Ils sont soupçonnés d'avoir fourni à Ziyed Ben Belgacem l'arme qu'il a utilisé contre un policier lors d'un contrôle d'identité quelques heures avant l'attaque de l'aéroport d'Orly samedi et toujours en sa possession au moment des faits.

Après l'attaque de Ziyed Ben Belgacem à l'aéroport d'Orly samedi matin, l'enquête continue d'avancer. Lundi 20, deux hommes soupçonnés d'avoir fourni à Ziyed Ben Belgacem une arme ont été placés en garde à vue. Le premier dans l'après-midi et le second plus tard dans la soirée. Ils sont soupçonnés d'avoir donné au terroriste le pistolet à grenaille utilisé par ce dernier pour tirer sur un policier lors d'un contrôle d'identité à Garges-lés-Gonesse, puis toujours en sa possession quelques heures plus tard au moment où il s'est attaqué à des militaires à l'aéroport, a indiqué une source policière citée par l'AFP.

Des mandats de recherches avaient été lancés depuis dimanche 19 à l'encontre des deux individus âgés de 30 et 43 ans. Les renseignements récoltés par les enquêteurs et les investigations lancées ont permis de les identifier.

Le père de l'assaillant avait également été placé en garde à vue, ainsi que le frère et un cousin venus qui se sont présentés d'eux-mêmes samedi 18, au commissariat. A ce stade, aucun lien de complicité n'a été établi, et les trois hommes ont été relâchés samedi et dimanche soir.

Ziyed Ben Belgacem était un Français d'origine tunisienne de 39 ans, condamné à plusieurs reprises pour des vols et trafic de stupéfiants et signalé comme radicalisé en prison. Sous l'emprise de l'alcool et des stupéfiants, il s'est attaqué samedi à une militaire de l'opération Sentinelle à l'aéroport d'Orly-Sud (Val-de-Marne), se disant prêt à "mourir" au nom d'Allah, au terme d'une équipée violente et solitaire à travers la banlieue parisienne. Il a été abattu à l'aéroport par des militaires.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Des mandats de recherches avaient été lancés depuis dimanche 19 à l'encontre des deux individus âgés de 30 et 43 ans.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-