Attaque de militaires au Louvre: Abdallah El-Hamahmy sort du silence

Attaque de militaires au Louvre: Abdallah El-Hamahmy sort du silence

Publié le :

Mardi 07 Février 2017 - 12:09

Mise à jour :

Mardi 07 Février 2017 - 12:12
©Mahmood Shahiin/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'homme interpellé après avoir attaqué vendredi plusieurs militaires au Carrousel du Louvre est sorti du silence, confirmant s'appeler Abdallah El-Hamahmy et être égyptien. De nombreuses questions, notamment sur une éventuelle appartenance à un groupe terroriste, restent cependant sans réponse.

Le suspect de l'attaque au Carrousel du Louvre, en garde à vue à l'hôpital, a commencé à répondre aux questions des enquêteurs lundi, déclinant son identité, celle d'Abdallah El-Hamahmy, un Egyptien de 29 ans, a-t-on appris mardi de source proche de l'enquête.

Au cours d'une troisième audition, lundi 6, l'assaillant, blessé par des tirs de riposte d'un militaire lors de son attaque de vendredi 3 , a accepté de répondre aux enquêteurs et a "développé sa première version des faits", a indiqué une source judiciaire, sans plus de détails. Entendu à deux reprises dimanche, il avait alors refusé de parler à la police.

Le nom d'Abdallah El-Hamahmy avait fuité quelques heures seulement après les faits mais devait encore être confirmés. Le soir même, le procureur de Paris a décrit une partie du parcours du terroriste présumé.

Le 30 octobre 2016, il a déposé une demande de visa au consulat français de Dubaï (Emirats arabes unis), visa délivré le 8 novembre pour un mois à compter du 20 janvier. L'homme est arrivé en France le 26 janvier et a loué un appartement dans le VIIIe arrondissement (perquisitionné vendredi après-midi). Il a loué  le 27 un véhicule retrouvé à proximité du logement et acheté le 28 deux machettes militaires dans une armurerie du XIe arrondissement. Armes qu'il utilisera contre les militaires de l'opération Sentinelle en patrouille.

Abdallah El-Hamahmy a commencé à répondre aux questions des enquêteurs lundi.


Commentaires

-