Attaque mortelle d'abeilles: une quinzaine de décès par an en France

Attaque mortelle d'abeilles: une quinzaine de décès par an en France

Publié le 03/07/2019 à 12:47 - Mise à jour à 12:56
©Flickr/Creative Commons
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Mardi 2, un homme a été attaqué par des abeilles lors d'une promenade dans une commune de Haute-Loire. Il n'a pas survécu. Cette situation n'est pas rarissime, même si elle concerne généralement des personnes souffrant d'une allergie sévère.

Il a subi environ 200 piqûres et est finalement décédé : l’homme de 70 ans attaqué par des abeilles mardi 2 dans une commune de la Haute-Loire n’a pas survécu à cet empoisonnement massif. Cependant, son cas de figure est particulièrement rare: l’homme qui n’était a priori  pas allergique, a succombé face à l’importance de l’attaque. Or, de manière générale, les décès en lien avec les piqûres de guêpes ou d’abeilles sont causés par des chocs anaphylactiques de la part de personne allergiques.

Chaque année, une quinzaine de personnes environ meurent après une piqûre d’hyménoptères (abeilles, guêpes ou frelons). L’INVS (l’Institut national de veille sanitaire) a recensé 153 morts entre 2000 et 2010 selon une estimlation publiée en 2014.

Chez une personne qui n’est pas allergique, une piqûre ne représente aucun danger particulier pour la santé au-delà de la gêne de la douleur, et de l’apparition rapide –et parfaitement normale- d’un œdème. Il est cependant conseillé d’être très attentif en cas de piqûre à la bouche ou au niveau de la gorge. Le gonflement des tissus peut en effet entraîner une difficulté à respirer. Même des piqûres multiples restent sans grand risque, hors attaque vraiment massive (comme celle de mardi). Il est cependant conseillé de consulter au-delà d’une vingtaine de piqûres.

Lire aussi: Sa paupière est gonflée, l'ophtalmologue découvre 4 abeilles dans son orbite

Les guêpes, abeilles et frelons restent, en outre, des animaux assez peu dangereux pour l’être humain comparés à d’autres espèces. En 2012, l’Institut océanographique de Monaco avait publié une étude sur la dangerosité des espèces (à l’origine pour montrer la faible dangerosité du requin). Il en ressortait que ces insectes tuait environ 400 cas mortels recensés par an dans le monde. C’est nettement moins que les éléphants (600 morts), les scorpions (5.000 morts), les serpents (10.00 morts) et les moustiques (deux millions de morts, majoritairement du paludisme).

Voir aussi:

Désemparés, des apiculteurs contraints de réduire en cendres leurs abeilles

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Frelons, guêpes et abeilles tuent une quinzaine de personnes par an en France.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Société




Commentaires

-