Attaque à Orly: "Je suis là pour mourir par Allah (...) Il va y avoir des morts" a déclaré Ziyed Ben Belgacem

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Attaque à Orly: "Je suis là pour mourir par Allah (...) Il va y avoir des morts" a déclaré Ziyed Ben Belgacem

Publié le 19/03/2017 à 12:37 - Mise à jour à 12:39
© Benjamin CREMEL / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'homme abattu samedi matin à Orly,Ziyed Ben Belgacem, après avoir agressé une militaire de Sentinelle, est un Français d'origine tunisienne de 39 ans, connu pour des faits de droit commun et qui se serait radicalisé en prison.

Il était prêt à aller au bout de son geste fou. Ziyed Ben Belgacem, abattu samedi 18 à l'aéroport d'Orly après avoir attaqué des militaires, était un braqueur, délinquant multirécidiviste, qui avait montré par le passé des signes de radicalisation en prison.

Ziyed Ben Belgacem, déjà condamné pour plusieurs vols avec violence, s'est attaqué à cette patrouille en lançant: "Posez vos armes, je suis là pour mourir par Allah. De toutes façons il va y avoir des morts", a rapporté le procureur de Paris, François Molins au cours d'une conférence de presse.

Il a tenté de s'emparer de l'arme à feu de l'une des militaires, la menaçant avec son pistolet à grenailles, l'utilisant comme bouclier humain. Il a tenté de la désarmer à trois reprises, puis a réussi à saisir le Famas et à le placer en bandoulière. Les deux autres militaires ont alors ouvert le feu, le troisième coup lui étant fatal. 

François Molins a décrit le terroriste présumé comme "un individu extrêmement violent", avec une intention terroriste, déterminé à "aller jusqu'au bout" de son "processus destructeur.

Relatant le contrôle routier à Garges-lès-Gonesse (banlieue nord de Paris) lors duquel il a tiré sur des policiers au pistolet à grenailles, puis sa visite dans un bar dont il était habitué à Vitry-sur-Seine (banlieue sud), qui ont précédé samedi matin l'attaque d'Orly, François Molins a évoqué "une sorte de fuite en avant avec un processus de plus en plus destructeur qui va visiblement crescendo (...) avec des intentions qui sont criminelles de façon très objective".

Son domicile de Garges-lès-Gonesse a été perquisitionné suite à l'attaque. De la cocaïne a notamment été trouvée sur place, ainsi qu'une machette et des devises étrangères. Le voisinage décrit un personnage inquiétant et solitaire. Par ailleurs, le frère et le cousin de Zihed Belgacem sont toujours en garde à vue, ce dimanche 19 mars. Le père du forcené a quant à lui été relâché dans la soirée de samedi. Il a déclaré que "mon fils n'a jamais été un terroriste. Jamais il a fait la prière et il boit. Et sous l'effet de l'alcool et du cannabis, voilà où on arrive".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


François Molins a décrit le terroriste présumé comme "un individu extrêmement violent".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-