Attaques au marteau à Dijon et Chalon-sur-Saône: un adolescent se rend à la police

Attaques au marteau à Dijon et Chalon-sur-Saône: un adolescent se rend à la police

Publié le :

Lundi 29 Janvier 2018 - 12:44

Mise à jour :

Lundi 29 Janvier 2018 - 12:51
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un adolescent de 17 ans s'est rendu à la police ce lundi matin. Il s'accuse des attaques au marteau commises à Dijon et Chalon-sur-Saône depuis septembre 2017, perpétrées au nom d'un obscur "comité" au message xénophobe.

La police n'excluait pas la thèse d'un possible "commando" dans la série d'agressions à coups de marteau s'étant déroulé depuis septembre 2017 à Dijon et Chalon-sur-Saône. C'est finalement un adolescent de 17 ans qui s'est rendu ce lundi 29 au matin au commissariat de Chalon-sur-Saône et qui s'accuse d'être l'auteur des agressions, comme le rapporte le journal Le Bien public.

"L'homme au marteau" avait en effet sévi contre deux femmes à Chalon, deux autres personnes dans le quartier universitaire à Dijon en septembre 2017, et enfin commis un braquage vendredi 26 dans une pharmacie de Chalon-sur-Saône.

Les actions étaient revendiquées au nom d'un inconnu "Comité de défense du peuple français", ou d'un "OAS 26 septembre" et les messages revendicatifs contenaient de nombreuses références xénophobes.

Lire aussi: Attaques au marteau: les enquêtes de Dijon et Chalon-sur-Saône regroupées

L'adolescent, dans son dernier message, adressé aux rédactions, la semaine dernière avait annoncé son intention de se rendre. Il demandait qu'une éventuelle perquisition à son domicile se fasse "dans des conditions dignes" autrement dit avec la promesse "de ne rien casser". Selon le journal local, le jeune homme aurait eu une réponse du procureur au cours du week-end.

Le dernier message expliquait aussi que le groupe organisé n'en était pas un. "Je suis seul, j'ai agi seul, sans ordre extérieur. Une fois cela dit on détricote déjà une bonne partie de la supercherie, vous l'admettrez. Même si je pense sincèrement que la police devait déjà s'en douter. Je n'ai aucune conviction nationaliste (ni jihadiste, ni aucune conviction tout court, le débat politique actuel me laisse un peu pantois en vérité), je suis juste fasciné depuis toujours par le monde policier, judiciaire, et par les faits divers" explique le jeune homme.

Sans surprise, après s'être présenté au commissariat, il a été placé en garde à vue.

L'adolescent s'est rendu à la police de lundi matin.

Commentaires

-