Attentat de Nice: début du procès de la policière Sandra Bertin, assignée en diffamation par Bernard Cazeneuve

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Attentat de Nice: début du procès de la policière Sandra Bertin, assignée en diffamation par Bernard Cazeneuve

Publié le 07/06/2017 à 11:02 - Mise à jour à 11:10
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La policière municipale Sandra Bertin comparaît ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation après une plainte du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Elle avait expliqué avoir subi des pressions pour modifier son rapport sur le dispositif policier au moment de l'attentat du 14 juillet à Nice.

La policière municipale Sandra Bertin, qui dit avoir subi des pressions pour modifier son rapport sur le dispositif policier en vigueur le soir de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, est jugée ce mercredi 7 à Paris pour diffamation publique envers un dépositaire de l'autorité publique, et de complicité de diffamation publique envers une administration publique contre Bernard Cazeneuve et la police nationale

La prévenue accuse notamment un "commissaire de police", envoyé selon elle par le ministère de l'Intérieur, et une autre personne ayant dit au téléphone, selon Sandra Bertin, faire partie du cabinet ministériel, de lui avoir demandé "de faire apparaître sur certains endroits des positions de la police nationale" et de rédiger un rapport "modifiable".

"Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un commissaire au CSU qui m’a mise en ligne avec la Place Beauvau. J’ai alors eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte rendu (…) J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vues à l’écran", avait-elle expliqué dans les colonnes du JDD.

De son côté, Bernard Cazeneuve avait porté plainte contre la policière pour diffamation envers la police nationale et envers lui-même. Les propos de Sandra Bertin, selon le ministre, qui avait annoncé son intention de porter plainte, portent en effet atteinte à leur "honneur" et à leur "considération".

Le rapport de la jeune femme explique que le camion conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui avait foncé sur la foule faisant 86 morts et 450 blessés sur la promenade des Anglais, était monté sur le trottoir avant le périmètre piéton, sans "aucune présence policière". Du côté de la police nationale, les forces de l'ordre assurent que le terroriste a voulu éviter un "barrage" de policiers nationaux. 

L'avocat de Sandra Bertin a expliqué que sa cliente allait apporter au procès "la preuve de ce qu'elle dit est vrai". 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Sandra Bertin dit avoir subi des pressions pour modifier son rapport sur le dispositif policier en vigueur le soir de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-