Attentat en Isère: ce que l'on sait de Yassin Salhi, le principal suspect

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Attentat en Isère: ce que l'on sait de Yassin Salhi, le principal suspect

Publié le 26/06/2015 à 15:21 - Mise à jour à 15:29
©Laurent Cipriani/AP/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

On en sait un peu plus sur l'identité du suspect de l'attentat qui a touché une usine de l'Isère ce vendredi. Selon le ministre de l'Intérieur, il s'appelle Yassin Salhi et serait un salafiste.

Un attentat a frappé une usine de gaz à Saint-Quentin-Fallavier en Isère ce vendredi matin. Au moins un individu au volant d'une camionnette a percuté des bonbonnes de gaz qui se trouvait sur les lieux provoquant une explosion. La tête d'un homme décapité a été retrouvée sur les lieux de l'attaque, portant des inscriptions en arabe.

Vers 13h, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazneuve, s'est rendu sur place et a donné des précisions sur l'identité du terroriste présumé, qui avait été interpellé peu après son attaque grâce au courage et au sang-froid d'un pompier qui l'a maîtrisé.

Le suspect s'appelle Yassin Salhi et est âgé de 35 ans. Résidant à Saint-Priest dans la banlieue de Lyon, selon ses voisins il n'y habitait que depuis quelques mois. L'homme n'est pas un inconnu des services de renseignement: il a fait l'objet entre 2006 et 2008 d'une fiche "S" (sûreté d'Etat) pour "radicalisation" et pour ses "liens avec la mouvance salafiste". Cette fiche n'a cependant pas été renouvelée en 2008. Bernard Cazeneuve a précisé que le principal suspect n'avait, en revanche, pas de casier judiciaire. Selon Le Parisien, le suspect serait marié et père de trois enfants. 

De type maghrébin, Yassin Salhi arborerait une épaisse barbe. Entendu par la brigade de recherche de Bourgoin-Jallieu dans le nord du département dès vendredi, il a refusé dans un premier temps de parler et de décliner son identité.  

"Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. On a trois enfants et une vie de famille normale", a assuré la compagne du suspect sur Europe-1. "Il est parti au travail ce matin à 7h. Il fait des livraisons. Il n'est pas rentré entre midi et deux, moi je l'attends pour l'après-midi. Ma belle-sœur m'a dit +Allume la télé, il y a le journal+. Et là, elle est en train de pleurer. Moi j'ai le cœur qui va s'arrêter", a confié la jeune femme.


 

Auteur(s): MM


PARTAGER CET ARTICLE :


Les hommes de la police scientifique ont mené vendredi des investigations sur les lieux de l'attentat.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-