Un survivant à la tuerie du Bataclan s'est donné la mort

13-Novembre

Un survivant à la tuerie du Bataclan s'est donné la mort

Publié le :

Samedi 25 Novembre 2017 - 15:07

Mise à jour :

Samedi 25 Novembre 2017 - 15:09
Guillaume Valette, 31 ans, présent au Bataclan le 13 novembre 2015, s'est suicidé le week-end dernier. Depuis deux ans, il gérait seul le traumatisme lié à l'attentat terrorisme et ne souhaitait pas d'aide extérieure selon l'association 13onze15, qui a annoncé la terrible nouvelle sur sa page Facebook.
© DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il avait 31 ans et avait survécu au pire attentat terroriste jamais perpétré sur le sol français. Guillaume Valette, qui se trouvait à l'intérieur du Bataclan le 13 novembre 2015 (jour où 130 personnes ont perdu la vie), a mis fin à ses jours dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19, selon une information révélée sur Facebook par l'association des victimes 13onze15.

Voir aussi: victimes du 13 novembre: le tatouage comme thérapie

Depuis deux ans, il luttait seul contre le traumatisme psychologique immense causé par ces attaques meurtrières. Selon 13onze15, il n'avait jamais souhaité "se faire aider ni par sa famille, ni par l'une des associations de victimes": "Il voulait rester seul", précise le communiqué, qui explique aussi que le jeune homme était "cependant suivi par un psychiatre et un psychologue".

L'association a rendu hommage à Guillaume Valette et a exprimé son soutien à sa famille: "Nos pensées et l’expression de notre profonde sympathie vont à sa famille, à ses amis, à ses proches".

Rapidement, des centaines de messages de compassion ont été publiés sur les réseaux sociaux.

Voir aussi: 13 novembre: deux ans après, un suspect muet, des commanditaires absents

Choqués par la nouvelle du décès de ce survivant à la prise d'otages du Bataclan, les responsables de l'association ont dit à nouveau la nécessité de ne pas négliger l'état psychologique des personnes qui s'en sont sorti vivantes: "Avec l’accord de sa famille, nous nous devons de rappeler combien il est important de prendre conscience de la nécessité de se faire accompagner, par sa famille en tout premier lieu, par une association, par un médecin, un psychiatre, un psychologue. Le traumatisme psychologique subi à l’occasion de ces attentats est profond, il est durable, il doit être considéré et soigné".

Guillaume Valette, 31 ans, survivant de la prise d'otages du Bataclan le 13 novembre 2015, a mis fin à ses jours le week-end dernier.

Commentaires

-