Attentats de Paris: le patron de Casa Nostra soupçonné d'avoir vendu des images de l'attaque

Attentats de Paris: le patron de Casa Nostra soupçonné d'avoir vendu des images de l'attaque

Publié le :

Mercredi 26 Avril 2017 - 18:04

Mise à jour :

Mercredi 26 Avril 2017 - 18:15
© PATRICK KOVARIK / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le patron du restaurant Casa Nostra doit comparaître ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris. Il est accusé d'avoir vendu les images de la vidéosurveillance lors des attentats parisiens en novembre 2015.

Dimitri Mohamadi, le patron du restaurant Casa Nostra doit comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi 26 pour l'installation "sans autorisation d'un système de vidéoprotection" et "enregistrement et divulgation d’images". Il est soupçonné d'avoir vendu des images de la vidéosurveillance au Daily Mail après les attentats du 13 novembre 2015, rapporte Le Parisien. Deux autres prévenus sont poursuivis pour complicité.

Les images filmées de l'intérieur du restaurant présentent des clients en proie à la peur et à l'affolement sous les tirs des terroristes qui se sont attaqués à la capitale. Dans cet élan de panique, ils tentent de se mettre à couvert comme ils le peuvent. S'il s'avère que le gérant du restaurant a monnayé ces vidéos au tabloïd anglais, il pourrait être coupable d'infraction à la sécurité intérieure.

Dimitri Mohamadi est suspecté d'avoir perçu 50.000 euros pour la vente de la séquence vidéo. La première accusation est venue d'un journaliste indépendant qui a affirmé sur le Petit journal de Canal+ en novembre 2015 avoir filmé la transaction en caméra cachée. Une rumeur immédiatement niée par l'accusé. Trois personnes présentes dans la séquence se sont constituées partie civile dans le procès.

L'avocat du gérant, Me Jeffrey Schinazi, a exprimer le souhait de "sortir de l’émotionnel, qui a tout phagocyté depuis le début dans l’affaire, regagner le terrain du droit et combattre la validité de la procédure qui a été dévoyée: alors que le parquet voulait une enquête sur une présomption d’atteinte à la vie privée". Lui et son client ont porté plainte contre Bangumi, la société de production du Petit Journal. Selon eux, elle a pris parti pour le journaliste indépendant à l'origine du scandale.

Selon France Info, en tout, cinq clients de la Casa Nostra présents le soir des attaques se sont constitués parties civile. Pour atteinte à leur vie privée, ils ont demandé des dommages et intérêts. Le Daily Mail a confirmé avoir négocié très serré et finalement être parvenu à acquérir la vidéo au détriment d'autres médias.

Les images filmées de l'intérieur du restaurant présentent des clients en proie à la peur et à l'affolement sous les tirs des terroristes qui se sont attaqués à la capitale en novembre 2015.

Commentaires

-