Attentats à Paris: une douzaine d'interpellations en région parisienne

Auteur(s)
MM
Publié le 16 janvier 2015 - 10:06
Image
Des voitures de police.
Crédits
©Gile Michel/Sipa
Une douzaine d'interpellations ont eu lieu en région parisienne dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris
©Gile Michel/Sipa
Douze personnes ont été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi dans le cadre de l'enquête sur les attentats qui ont frappé la France. Elles sont soupçonnées d'avoir fourni un soutien logistique aux terroristes.

Une douzaine d'interpellations ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi dans la région parisienne à l'encontre d'individus suspectés d'avoir offert un soutien logistique (armes et véhicules) aux frères Kouachi et à Amedy Coulibaly, les auteurs des attentats à Paris de ces derniers jours. Selon une information d'i>Télé, les interpellations ont eu lieu à Montrouge et Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), Fleury-Mérogis et Grigny (Essonne).

Ces perquisitions ont conuit au placement en garde à vue de neuf hommes et trois femmes. Ces personnes sont connues des services de police pour des affaires de stupéfiants et de trafic d'armes.

Selon une source policière citée par Le Parisien, les policiers en charge de l'enquête sur les attentats ont effectué ces derniers jours de nombreuses filatures de plusieurs personnes repérées à partir d'éléments ADN et d'écoutes téléphoniques réalisées dans l'entourage présumé des frères Kouachi, auteurs des attaques contre Charlie Hebdo, et surtout d'Amédy Coulibaly, qui a tué une policière municipale à Montrouge et a été tué à l'issue d'une prise d'otages meurtrière (4 morts) dans un épicerie casher de la Porte de Vincennes à Paris. Les enquêteurs sont notamment sur la trace de la voiture d'Hayat Boumeddiene, compagne d'Amédy Coulibaly, visée par un mandat de recherche et qui a été repérée en Turquie le 2 janvier avant de passer en Syrie le 8.

De nouvelles perquisitions sont en cours à Montrouge, à Grigny et Fleury-Mérogis ou encore à Epinay-sur-Seine, selon des sources policières.

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don