Aubagne: le corps d'un homme totalement déchiqueté retrouvé par des promeneurs

Aubagne: le corps d'un homme totalement déchiqueté retrouvé par des promeneurs

Publié le :

Dimanche 05 Mars 2017 - 10:43

Mise à jour :

Dimanche 05 Mars 2017 - 10:46
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le corps d'un homme, âgé d'une soixantaine d'années, a été retrouvé déchiqueté samedi à Aubagne (Bouches-du-Rhône) dans un endroit isolé. Selon les premiers éléments divulgués, il aurait explosé à cause d'un mélange "de nature artisanale".

Macabre découverte à Aubagne (Bouches-du-Rhône). Le corps d'un homme, âgé d'une soixantaine d'années, a été retrouvé déchiqueté par une explosion, a dévoilé La Provence. Ce sont des promeneurs qui ont aperçu la dépouille en marchant, samedi 4 dans un endroit isolé. Selon les premiers éléments divulgués, le corps aurait explosé à cause d'un mélange "de nature artisanale", dont seulement une partie aurait fonctionné. Les démineurs ont dû se rendre sur place pour neutraliser le reste.

Pour le moment, aucune hypothèse ne semble exclue par les enquêteurs mise à part celle de l'attentat, peu plausible. Meurtre, suicide ou erreur de manipulation, tout reste encore possible. Mais "cela reste très confus, il n'y a pas encore d'éléments très précis sur les causes des faits", a déclaré une source proche de l'enquête. Alors pour tenter d'éclaircir les circonstances du drame, une enquête a été ouverte par le parquet de Marseille.

Pour celles et ceux qui l'ignorent, les "engins explosifs improvisés" tuent chaque année des centaines, voire des milliers de personnes. En 2015, quatre adolescents avaient été victimes d'une explosion à Bas-en-Basset (Haute-Loire) alors qu'ils manipulaient des produits chimiques dangereux. Ils voulaient fabriquer des fumigènes artisanaux.

Sur place, les enquêteurs avaient retrouvé des traces importantes d'acétone et d'acide chlorhydrique ainsi qu'une réplique d'un pistolet automatique de type "airsoft" (jeu utilisant des répliques d'armes à feu propulsant des billes en plastique, NDLR).

Pour le moment, aucun élément n'accrédite la thèse d'un acte lié au terrorisme.


Commentaires

-