Aubervilliers: un banquier vole 400.000 euros à sa cliente de 89 ans qu'il juge raciste

Aubervilliers: un banquier vole 400.000 euros à sa cliente de 89 ans qu'il juge raciste

Publié le :

Lundi 26 Juin 2017 - 09:49

Mise à jour :

Lundi 26 Juin 2017 - 10:15
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un conseiller financier de la banque LCL d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, aurait détourné près de 400.000 euros du compte d'une octogénaire durant plus d'un an. Il aurait agi pour dénoncer ses conditions de travail et le racisme de sa cliente. Le jugement aura lieu le 21 août.

L'employé agissait depuis plus d'un an. C'est le directeur de l'agence d'Aubervilliers en Seine-Saint-Denis, alerté par le changement d'adresse de la cliente, qui a découvert l'escroquerie. "Cette cliente n'avait, en réalité, jamais changé d'adresse. Cette nouvelle domiciliation correspondait à un appartement acheté avec ses économies par son conseiller financier. Il en a acheté un second a Bagnolet", explique une source proche du dossier au Point. Les deux biens immobiliers vont être saisis.

Au total, l'employé malhonnête aurait détourné près de 400.000 euros du compte épargne de la femme de 89 ans en achetant du matériel informatique et des vêtements de luxe sur internet. Mais il a également entièrement rééquipé son logement et acheté quatre lingots d'or pour 40.000 euros. Pour passer inaperçu, il se serait fait plusieurs cartes bancaires puis a effectué des virements sur un compte qu'il avait créé au nom de sa cliente.

Pour justifier ces faits, son avocat, maître Manuel Abitbol, a indiqué devant le tribunal que son client avait craqué face à,"une surcharge de travail, le fait qu'il ne se sentait pas considéré par sa hiérarchie et les propos racistes et islamophobes tenus selon lui par sa cliente, alors que lui et sa famille sont musulmans".

Déféré devant le parquet vendredi 23, l'accusé a été placé sous contrôle judiciaire en attendant d'être jugé le 21 août pour escroquerie, blanchiment et abus de confiance."Mon client n'est pas un délinquant d'habitude. Son casier est vierge. Il a reconnu immédiatement l'intégralité des faits qui lui sont reprochés. C'est pour toutes ces raisons que j'ai obtenu son placement sous contrôle judiciaire", soutient l'avocat du suspect.

Un conseiller bancaire a reconnu avoir détourné 400.000 euros de l'assurance-vie de sa cliente de 89 ans.


Commentaires

-