Aude: elle décapite la statue du diable contre les bombardements français en Syrie

Aude: elle décapite la statue du diable contre les bombardements français en Syrie

Publié le :

Mercredi 26 Avril 2017 - 10:41

Mise à jour :

Mercredi 26 Avril 2017 - 10:58
Les habitants du petit village de Rennes-le-Château, dans l'Aude, ont pu assister à une scène bien étrange dimanche. Une jeune femme a décapité la statue du diable Asmodée située à l'entrée de l'église avec une hache, au nom des "bombardement en Syrie".
©Witt/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour dénoncer la France "responsable de bombardements en Syrie", une jeune femme d'une vingtaine d'années a décapité la statue du diable Asmodée de l'église de Rennes-le-Château, dans l'Aude dimanche 23. Interpellée par des gendarmes à la suite de son acte, elle n'a opposé aucune résistance.

Arrivée dans la matinée dans ce village d'une soixantaine d'habitants, la jeune femme n'a pas cherché à se cacher et s'est rendue à l'office de tourisme de Rennes-le-Château, pour connaître les horaires d'ouverture de l'église, l'une des curiosités de la commune. En attendant, la visiteuse a pris un café puis s'est promenée dans les ruelles du village: une touriste pour le moins normale.

Mais c'est vers 11h15, selon La Dépêche, que son comportement a commencé à devenir étrange. Elle est alors entrée dans un restaurant pour se laver les mains, mais ressort des cabinets vêtue d'une cape blanche et d'un masque vénitien. Elle s'est ensuite isolée dans "la grotte de la vierge", à proximité de l'église.

Sous les yeux surpris des quelques visiteurs, la jeune femme, toujours affublée de sa cape et de son masque, aurait longuement téléphoné en arabe avant de rentrer calmement dans l'édifice. Armée d'une hache, elle a alors détérioré le fameux bénitier surmonté d'une représentation du diable. Le bras et la tête coupé, elle a déposé un coran auprès de la statue avant de briser un bas relief représentant Marie-Madeleine.

Les visiteurs interloqués ont rapidement donné l'alerte et le maire est intervenu pour appeler la gendarmerie. Alexandre Painco a d'ailleurs pu parler à la jeune femme, qui était, selon lui, très calme. "Elle était très rationnelle, elle m'a expliqué qu'en ce jour d'élections présidentielles, la France était responsable de bombardements en Syrie, de massacre d'enfants. Elle a conclu en disant que nous étions tous des mécréants", a-t-il expliqué à France 3.

La gendarmerie est ensuite intervenue et à arrêté la jeune femme sans qu'elle n'y oppose aucune résistance. Par précaution, des démineurs sont aussi venus sécuriser les lieux mais n'ont rien trouvé d'anormal.

Ce n'est pas la première fois que cette statue du diable est détériorée, les musées les plus proches ont déjà été contactés pour estimer le coût des dégâts et réparer le bénitier avant la saison touristique.

Les gendarmes ont arrêté la jeune femme qui n'a pas résisté.


Commentaires

-