Aurillac: il agressait sexuellement sa nièce de 7 ans, le pédophile explique avoir agi à cause du "stress"

Aurillac: il agressait sexuellement sa nièce de 7 ans, le pédophile explique avoir agi à cause du "stress"

Publié le :

Dimanche 11 Juin 2017 - 11:23

Mise à jour :

Dimanche 11 Juin 2017 - 11:24
© Philippe Huguen / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un trentenaire a été condamné à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel d'Aurillac pour des agressions sexuelles sur sa nièce de 7 ans. A la barre, il a même maladroitement reconnu des faits plus graves que ceux de son acte d'accusation.

Le trentenaire a reconnu les faits. Il en a même avoué plus à la barre que ce pour quoi il était poursuivi. Un homme comparaissait devant le tribunal correctionnel d'Aurillac pour des attouchements sexuels sur sa nièce.

L'enfant, âgé de 7 ans au moment des faits il y a deux ans, a subi des sévices sexuels de la part de son oncle, qui avait nié les gestes dans un premier temps. Avant de finalement admettre devant l'évidence les gestes coupables sur la fillette. Et d'en rajouter au cours de l'audience.

D'après les échanges rapportés par le quotidien local La Montagne le samedi 10, l'homme qui comparaissait sans avocat a lâché pour se défendre et essayer de se dédouaner: "La pénétration, ce n’est arrivé qu’une fois". Une phrase qui a jeté le malaise sur la cour. L'homme n'était en effet pas poursuivi pour "viol" devant une cour d'assises mais uniquement pour "agression sexuelle" devant un tribunal correctionnel. Un aveu qui pèsera lourd dans la sentence qui sera rendue.

D'autant que le pédophile, qui refuse cette qualification, se laisse aller à une justification pour le moins douteuse de ses actes, plus graves que prévus. Comment en effet explique-t-il les actes sexuels commis sur une enfant s'il n'est pas pédophile? "Le stress", avant de rajouter "peut-être le désir, mais je ne suis pas porté sur les enfants!"

Le procureur n'épargnera pas l'accusé dans ses conclusions: "C’est un pédophile, un pédophile qui s’est révélé avec cette enfant". Considérant le casier judiciaire vierge de l'accusé, il ne requiert que 18 mois de prison dont six ferme.

Mais le juge ne l'entend pas de cette oreille. Considérant sans doute que la place de l'accusé aurait pu être devant un jury populaire, la cour va finalement condamner l'accusé à quatre ans de prison, dont deux ferme, avec interdiction de rentrer en contact avec la victime et obligation de soins.

L'homme a avoué maladroitement avoir commis un viol alors qu'il n'est jugé "que" pour agression sexuelle.


Commentaires

-