Bagarre de femmes au couteau à Rennes: l'une d'elle perd un œil

Bagarre de femmes au couteau à Rennes: l'une d'elle perd un œil

Publié le :

Jeudi 11 Avril 2019 - 07:54

Mise à jour :

Jeudi 11 Avril 2019 - 07:55
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une violente altercation s’est produite le 29 mars dernier à Rennes entre deux femmes. L'une d'elles a éborgnée son adversaire avec un couteau. Elle a été interpellé lundi.

 

L'altercation a été d'une extrême violence au point que l'une des protagonistes ait été éborgnée. Une bagarre opposant deux femmes le 29 mars dernier dans le centre-ville de Rennes en Ille-et-Vilaine a eu des circonstances dramatique puisque l'une d'elle a planté un couteau dans l'œil de son opposante. L'auteure du coup a finalement été interpellée lundi 8.

Comme le rapporte Ouest-France, les faits ont eu lieu à proximité de la très agitée rue de la Soif. Deux femmes, qui se connaissaient, commencent à se disputer pour un motif encore très flou vers 1h du matin. "Celle âgée de 29 ans va soudainement sortir un couteau de sa poche et asséner un coup dans l’œil de celle âgée de 28 ans. Sous le choc, la victime ne se rend même pas compte de la gravité de la blessure qu’elle vient de subir", précise le quotidien. L'auteure du coup de couteau va profiter de la confusion pour prendre la fuite. Des témoins appellent alors les secours qui arrivent rapidement sur place pour prendre en charge la blessée. Hospitalisée, elle a définitivement perdue l'usage de son œil.

Lire aussi- Étudiante éborgnée par une grenade: un commissaire et un policier condamnés

Une enquête a été ouverte qui a permis l'interpellation d'une suspecte lundi 8. Il s'agit d'une "marginale qui était déjà connue pour de nombreux faits de violences dont un déjà avec arme". Elle a été placée en garde à vue puis mise en examen pour "violence avec usage d’une arme ayant entraîné une infirmité ou mutilation permanente". Elle e été placée en détention provisoire dans la foulée.

En garde à vue, la suspecte aurait reconnu une partie des faits qui lui sont reprochés.

Voir:

"Gilets jaunes" et violences policières : la vie d'après des éborgnés

"Des parts de vie qui s'en vont" pour Patrick, "gilet jaune" éborgné

Fiorina, éborgnée, et Antonio, estropié: deux "gilets jaunes" qui "ne regrettent rien"

Une violente altercation s’est produite le 29 mars dernier à Rennes entre deux femmes.

Commentaires

-