#Balancetonporc: Henda Ayari accuse Tariq Ramadan de viol et de menaces

#Balancetonporc: Henda Ayari accuse Tariq Ramadan de viol et de menaces

Publié le :

Vendredi 20 Octobre 2017 - 14:41

Mise à jour :

Vendredi 20 Octobre 2017 - 14:50
L'écrivaine Henda Ayari a accusé l'islamologue suisse Tariq Ramadan de l'avoir violée puis menacée il y a quelques années. Elle a utilisé le hashtag "Balance ton porc" sur les réseaux sociaux pour se livrer.
Mehdi Fedouach/Afp
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

"Je vais vraiment avoir besoin du soutien de mes ami(e)s", c'est ainsi que commence le long texte de Henda Ayari publié ce vendredi 20 à la mi-journée sur les réseaux sociaux. Elle y accuse l'islamologue Tariq Ramadan de l'avoir violée puis menacée il y a "plusieurs années".

"En balançant le nom de mon agresseur, qui n'est autre que Tariq Ramadan, je sais les risques que j'encours", a-t-elle confié sur sa page Facebook puis sur Twitter à l'aide du hashtag "Balance ton porc".

Elle a expliqué avoir "gardé le silence" jusqu'à ce vendredi par "peur des représailles". Selon celle qui se présente comme une"ex-salafiste", l'islamologue l'a en effet menacée lorsqu'elle lui a fait part de sa volonté de porter plainte. "Il n'avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu'on pourrait s'en prendre à mes enfants".

 

J'ai décidé de déposer plainte contre Tariq Ramadan pour ce qu'il m'a fait subir ! Cette plainte sera déposée dès...

Publié par Henda Ayari sur vendredi 20 octobre 2017

 

Henda Ayari a également indiqué qu'elle avait réservé tout un chapitre de son livre J'ai choisi d'être libre (Flammarion) à ce viol, mais avait changé le nom de son agresseur présumé "pour ne pas être poursuivie en justice pour diffamation".

Souhaitant s'exprimer au nom de toutes les femmes victimes de violences sexuelles, elle a qualifié le polémiste de "gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes". Celui-ci ne s'est toujours exprimé ce vendredi en début d'après-midi.

Tariq Ramadan a été accusé de viol par l'écrivaine Henda Ayaria ce vendredi 20.


Commentaires

-