#balancetonporc: le hashtag Twitter pour dénoncer le harcèlement et les agressions sexuelles au travail

Libérer la parole des victimes

#balancetonporc: le hashtag Twitter pour dénoncer le harcèlement et les agressions sexuelles au travail

Publié le :

Dimanche 15 Octobre 2017 - 11:48

Mise à jour :

Dimanche 15 Octobre 2017 - 11:55
Le mot-dièse #balancetonporc a émergé samedi sur Twitter, appelant les femmes à témoigner des faits de harcèlement sexuel qu’elles ont subi. En quelques heures, le hashtag a regroupé des milliers de témoignage de femmes harcelées ou agressées sexuellement au travil.
© Thomas Samson / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'affaire Harvey Weinstein, accusé d'harcèlement, d'agressions sexuelles et de viols par une trentaine de femmes, aura eu au moins un effet positif, celui de libérer la parole de victimes.

Ainsi, sur les réseaux sociaux, certaines, des anonymes pour la plupart, ont décidé, elles aussi, de dénoncer les actes de harcèlement et d'agressions sexuelles, voire de viols, dont elles ont été victimes, notamment dans l'univers professionnel. Samedi 14 et ce dimanche 15, le mot-dièse (hashtag dans la langue de Shakespeare) #balancetonporc, crée par la journaliste Sandra Muller, de La Lettre de l’audiovisuel, regroupent les tweets de milliers de femmes qui ont dénoncé le calvaire qu'elles ont vécu.

L'auteure de l'appel a d'ailleurs décidé de faire part de son histoire personnelle dans un tweet où elle accuse un ancien patron d'une chaîne de télévision qui lui aurait tenu des propos scandaleux.

Une initiative qui a rapidement été reprise par d'autres journalistes. "Un grand chef, grande radio, petit couloir, m’attrapant par la gorge: +Un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non+", témoigne ainsi Giulia Foïs de Radio France. Ou encore Anaïs Denet, correspondante pour BFM et RMC: "Premier stage de journalisme, j’avais 18 ans. Le red-chef m’embrasse de force. Il venait d’être jeune papa".

La porte-parole du groupe de La République en Marche, Aurore Bergé a elle aussi apporté son témoignage, racontant: "Patron d'agence de com'. En déplacement. Change les billets d'avion pour mieux me coller, m'appelle la nuit dans ma chambre".

La litanie sans fin des témoignages de femmes ne s'est pas limitée à l'univers des médias et de la politique. Certaines rapportant des agressions sexuelles caractérisées d'une rare violence. "Repas de fin de chantier, trente personnes, trois hommes me saisissent, m'entravent et me caressent en chantant. Tout le monde rit", relate ainsi une jeune femme.

Une initiative française qui reprend le principe de celle qui avait vu le jour en anglais à l’appel de l’auteure canadienne Anne T. Donahue, avec le hashtag #MyHarveyWeinstein, invitant les internautes à raconter leur rencontre avec "leur Harvey Weinstein".  

Porte-parole de la République en Marche, Aurore Bergé a également raconté son harcèlement.

Commentaires

-