Beauvais: des adolescents se filment lors de combats de rue et inquiètent la police

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Beauvais: des adolescents se filment lors de combats de rue et inquiètent la police

Publié le 09/06/2017 à 12:55 - Mise à jour à 13:24
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La ville de Beauvais a saisi le procureur de la République face à la recrudescence sur Internet de vidéos dans lesquelles de jeunes adolescents s'affrontent lors de combats de rue. "Le Parisien" révèle cette affaire inquiétante ce vendredi.

Un phénomène très inquiétant est en pleine recrudescence chez les jeunes adolescents de la ville de Beauvais, dans l'Oise. Des collégiens et lycéens se livrent à des combats de rue et publient les vidéos de ces affrontements sur une page Facebook. Le Parisien a révélé ce vendredi 9 que la ville de Beauvais avait saisi le procureur de la République pour tenter de mettre fin à cette mode violente.

Sur les vidéos publiées sur une page Facebook nommée Bastons du SixZed, et administrée par un jeune garçon du lycée des Jacobains de Beauvais, des adolescents s'affrontent et organisent des bagarres. Les combats sont menés par un arbitre qui sonne le gong au début et à la fin. Les deux bagarreurs doivent ensuite se saluer une fois le combat terminé.

Si les vidéos ont l'air de spectacles et sont vues parfois plus de 500 fois, les coups y sont bien réels et des adolescents sont frappés en plein visage. Certains manquent même de se briser la nuque contre du mobilier urbain. Les commentaires des vidéos sont aussi l'occasion d'encourager les "champions" et de faire des paris.

"Nous avons évoqué ces bagarres en réunion de sécurité il y a quelques jours. On va devoir en parler aux élèves, pour essayer de leur faire prendre conscience du danger. J'espère que les parents seront alertés et que des actions seront entreprises", a déclaré un surveillant du collège Henri-Baumont.

La police a aussi été saisie de l'affaire. Mais cette mode semble bien difficile à canaliser: "on peut toujours avoir des poursuites pour violence en réunion mais ce n'est pas simple", a expliqué un policier. Les vidéos publiées sur Facebook sont en effet compliquées à tracer. "Cette partie du problème, c'est plutôt à Facebook de la régler", a-t-il conclu.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Les vidéos de combats des jeunes adolescents sont parfois vues plus de 500 fois sur Facebook.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-