Bébé né sous X: réactions des parents adoptifs et du père biologique

Après-coup

Bébé né sous X: réactions des parents adoptifs et du père biologique

Publié le :

Mardi 25 Novembre 2014 - 17:14

Mise à jour :

Mardi 25 Novembre 2014 - 17:28
Après le refus de la cour d'appel de Rennes de lui restituer le garçonnet né sous X, le père biologique, Yoan Delorme a annoncé son intention de se pourvoir en cassation. De leur côté, les parents adoptifs se sont montrés soulagés suite à la décision de la justice.
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :
-A +A

Le droit du cœur a été plus fort que le droit du sang. Pour le père biologique de l'enfant né sous X, la décision est néanmoins difficile à accepter. Après le refus de la cour d'appel de lui restituer le garçon, âgé de 18 mois et adopté par une famille depuis juillet 2013, Yoan Delorme a annoncé, ce mardi, son intention de se pourvoir en cassation. Pour lui, il s'agit tout simplement d'un vol d'enfant.

"J'ai une colère en moi, une haine, c'est inadmissible d'apprendre que l'on refuse de donner un enfant à son père alors que son père il se bat depuis 18 mois. Là, je fais une marche contre le Conseil général. J'en appelle aux associations des X en colère, des pères en colère, et on va se pourvoir en cassation. Après, il y a la Cour européenne des droits de l'Homme", a expliqué Yoan Delorme avant d'ajouter: "Je vais me battre jusqu'au bout pour récupérer mon fils. Mon fils c'est tout pour moi, pour moi c'était mon cadeau de Noël. C'est inadmissible de voir ça".

Yoan Delorme, qui était incarcéré lors de la naissance de son fils en avril 2013, a estimé que son passé judiciaire avait sûrement joué dans la décision de la cour d'appel de Rennes.

Du côté des parents adoptifs, l'ambiance était tout autre. Angoissés avant que la décision de justice ne tombe, ils ont laissé exprimé leur joie au micro de RTL peu après avoir appris la nouvelle. "Nous, on est évidemment très heureux de continuer notre vie avec notre petit garçon. C'est évident", a confié la mère adoptive. Encore sous le choc, elle a néanmoins accueilli la nouvelle avec beaucoup de joie. "On a du mal à réaliser par rapport à tout ce que l'on a traversé depuis quelques mois", a-t-elle ajouté.

Cette décision a aussi soulagé Me  Jean-Christophe Boyer, l'avocat du conseil général de Loire-Atlantique. Ce dernier n'imagine pas que le jugement de la cour d'appel puisse être contesté. "Je ne vois pas quel point de droit pourrait être contesté en cassation. Et pour la Cour européenne des droits de l’Homme, aucun traité ne dispose que l’on doit privilégier le lien biologique au lien affectif".

 

 

Yoan Delorme, le père adoptif, suite au refus de la cour d'appel de Rennes, mardi 25.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-