Belfort: un homme arrêté pour avoir tenté de recruter un tueur à gages pour assassiner Manuel Valls

Facebook

Belfort: un homme arrêté pour avoir tenté de recruter un tueur à gages pour assassiner Manuel Valls

Publié le :

Mercredi 07 Décembre 2016 - 12:23

Mise à jour :

Mercredi 07 Décembre 2016 - 12:29
Il avait posté sur son compte Facebook dimanche une petite annonce des plus menaçantes. Un jeune homme de 18 ans a été arrêté à Belfort mardi et placé en garde à vue.
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

C'est un message sur Facebook qui risque de coûter cher à son auteur. Un jeune homme de 18 ans a écrit dimanche 4, sur son profil sur le réseau social, une annonce pour recruter un tueur à gages "expert ou non" "pour éliminer cette ordure de Valls". Aux internautes qui commençaient à lui répondre, le jeune homme promettait même une récompense selon une information dévoilée par Europe 1. L'annonce a été publiée alors que l'ex-Premier ministre était encore en poste à Matignon.

Cette menace de mort a attiré l'attention de la justice qui a ouvert une enquête pour déterminer la provenance du message. Mardi 6, il a été interpellé à son domicile par les hommes de la sureté départementale. L'homme, déjà connu de la police pour des affaires de violences, a été placé en garde à vue dans la foulée. Pour menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité de l’état, l’adolescent encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

En août dernier, un homme, Grégory Pasqueille, avait été condamné pour avoir appelé au meurtre de François Hollande et de Manuel Valls sur les réseaux sociaux. Originaire de Meurchin dans le Pas-de-Calais, il avait posté, le 6 juillet dernier, sur le réseau social un message appelant "à prendre les armes" contre le président de la République et son Premier ministre, lors de l’hommage rendu à Michel Rocard, le lendemain à Paris. Des menaces en 140 signes accompagnées du hashtag explicite: #assassinerhollandevalls.

L'homme avait été interpellé jeudi 7 juillet à proximité de l'Assemblée nationale, à seulement une dizaine de minutes à pied du lieu de la cérémonie d'hommage à l'ancien Premier ministre qui se déroulait aux Invalides. Grégory Pasqueille avait aussitôt reconnu qu'il était bien l'auteur des tweets.

Le tribunal de Béthune l'a condamné à cinq mois de prison ferme pour menaces sur représentants de l’autorité publique et un mois supplémentaire pour refus de se soumettre au prélèvement ADN. Au cours de l'audience, il est apparu que Grégory Pasqueille a été condamné à de petites peines, notamment provocation à la haine raciale. Dans un tweet publié en juillet 2014, il avait comparé Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justice, à un singe. 

 

Un jeune homme de 18 ans a été arrêté à Belfort mardi et placé en garde à vue pour des menaces de mort contre Manuel Valls..

Commentaires

-