Belgique: 30 ans requis contre la mère qui a brûlé vives ses 3 petites filles

Belgique: 30 ans requis contre la mère qui a brûlé vives ses 3 petites filles

Publié le :

Lundi 27 Novembre 2017 - 17:46

Mise à jour :

Lundi 27 Novembre 2017 - 17:54
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Elle avait commis un geste fou pour se venger de celui qui allait la quitter. Depuis mi-novembre, une femme de 37 ans est jugé pour avoir fait périr dans les flammes et d'atroces souffrances ses trois petites filles.

L'accusation ne trouve aucune circonstance atténuante à Sonja M'Bow. La femme de 37 ans qui est jugée depuis lundi 13 pour avoir brûlé ses trois enfants, a priori pour se venger de son mari qui souhaitait la quitter, ne semble montrer aucun remord des actes atroces dont elle est accusée.

Les faits remontent à 2015. L'accusée est en couple depuis dix ans avec Helmut Ulin. Ensemble ils ont eu trois petites filles –Oumy, Abbygail et Madison– âgée de deux, quatre et six ans le jour du drame (en plus d'un enfant né d'une précédente union pour la mère). Malgré le bonheur apparent, la trentenaire souffre d'une consommation excessive d'alcool. Contactant un médecin, avec qui la relation exacte devait être éclaircie par la cour, elle consomme alors des anti-dépresseurs en grande quantité et se met à délaisser la vie de famille. Les services sociaux finissent même par intervenir pour rappeler la mère, qui ne travaille pas, à ses devoirs. Jusqu'au drame.

Le 11 février 2015, il est environ 11h lorsque Helmut Ulin reçoit un coup de téléphone de la mère de ses filles. "J'ai mis le feu aux enfants. Tu les entends crier?", demande celle qui est en train de mettre à mort dans d'atroces ses trois petites. Et d'ajouter: "Tu ferais mieux de rentrer".

Lire aussi: Justice - elle avait brûlé vives ses 3 petites filles et prévenu son conjoint

Les secours ne pourront rien faire pour les malheureuses petites victimes. D'après les premiers éléments de l'enquête, la femme aurait agi lorsqu'elle a appris par courrier d'huissier qu'Helmut lui demandait de quitter le domicile conjugal. Il l'informait également qu'il allait récupérer la garde des filles. Sonja M'Bow a tenté de faire valoir à la barre qu'elle n'a pas volontairement donné la mort à ses filles, ne reconnaissant que l'incendie volontaire, dont les conséquences lui auraient échappé.

L'avocate générale du tribunal de Bruxelles a requis 30 ans de réclusion criminelle.

L'accusée risque maintenant 30 ans de prison.


Commentaires

-