Belgique: un Roumain suspecté d'avoir violé sa victime et pris des selfies lors de son agonie commence à passer aux aveux

Atroce

Belgique: un Roumain suspecté d'avoir violé sa victime et pris des selfies lors de son agonie commence à passer aux aveux

Publié le :

Lundi 25 Septembre 2017 - 13:40

Mise à jour :

Lundi 25 Septembre 2017 - 13:58
La presse belge annonce dimanche que le principal suspect du meurtre de Sofie Muylle, violée et étranglé sur une plage en janvier, commence à avouer. Ce ressortissant roumain possédait sur son mobile des vidéos et des photos montrant la malheureuse en train d'agoniser.
©Pixabay
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'enquête avance dans le fait divers qui a horrifié la Belgique en début d'année. Alexandru C., le ressortissant roumain de 23 ans soupçonné d'avoir violé à mort Sofie Muylle a commencé à admettre une partie des faits qui lui sont reprochés. La presse belge a notamment révélé dimanche 23 que l'homme s'est soumis à sa demande au détecteur de mensonge (un appareil qui n'est pas utilisé en France) et a "échoué" à faire valider sa première version de cette affaire sordide.

Le 22 janvier dernier, sur une plage flamande, la jeune femme de 27 ans était retrouvée étranglée. Face à l'absence d'indices, ce sera finalement une émission de télévision qui va permettre à l'enquête d'avancer. Y seront diffusées en effet une capture de vidéosuveillance montrant les images d'un homme vêtu d'une veste bleue que les autorités  n'arrivent pas à identifier. Ce sera finalement un policier local qui transmettra la bonne information pour mettre un nom sur le suspect.

Le meurtrier présumé est retourné en Roumanie quelques semaines après les faits. Il était arrivé en Belgique en 2015. Arrêté dans son pays, il a été extradé. Les enquêteurs vont alors avoir accès à son ordinateur et à son téléphone mobile et vont y faire des découvertes glaçantes.

L'individu a conservé en effet au moins une vidéo montrant la victime agonisante après avoir été violée. Alexandru C. a également pris des "selfies" (une photo de soi-même prise par un téléphone tenu à bout de bras) aux côtés de sa victime en train de mourir.

La presse locale annonce que le suspect commence à expliquer aux enquêteurs certaines blessures qu'il a infligé à la victime. Mais il nie l'avoir tué assurant que les images en sa possession montrent que la jeune femme n'était pas morte quand il a sexuellement abusé d'elle.

La victime a été retrouvée morte sur une plage des Flandres.

Commentaires

-