Belgique: un site de rencontres lance une campagne publicitaire polémique

Belgique: un site de rencontres lance une campagne publicitaire polémique

Publié le :

Mardi 26 Septembre 2017 - 15:53

Mise à jour :

Mardi 26 Septembre 2017 - 16:12
©Capture d'écran RichMeetBeautiful
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En Belgique, un site de rencontres baptisé "RichMeetBeautiful" est la cible de nombreuses critiques, notamment depuis le lancement de sa campagne publicitaire. Il propose de mettre en contact des jeunes femmes avec des hommes d'âge mûr à la situation financière confortable.

Certains crient au scandale. En Belgique, un site de rencontres baptisé "RichMeetBeautiful" est la cible de nombreuses critiques suite au lancement de sa campagne publicitaire. Cette plateforme, qui propose de mettre en contact des jeunes femmes étudiantes avec des hommes d'âge mûr à la situation financière confortable, a récemment déployé à Bruxelles deux camions sur lesquels des énormes panneaux font la publicité de cette application. "Améliorez votre style de vie, sortez avec un sugardaddy", peut-on notamment lire sur ces véhicules repérés aux abords des universités bruxelloises. Quelques mots qui n'ont pas tardé à faire réagir.

Rapidement, cette publicité a suscité de vives critiques en Belgique. L'Université libre de Bruxelles (ULB) a par exemple déposé plainte auprès du Jury d’éthique publicitaire de Belgique, un organe d'autodiscipline du secteur dont la mission est d'"assurer une publicité loyale, véridique et socialement responsable". En parallèle, d'autres plaintes auraient également été déposées.

En France aussi, l'indignation s'est fait sentir. La présidente de l'Unécof (Union des étudiants de la communauté française) a annoncé qu'une plainte allait être déposée, dénonçant le concept de ce site Internet. "De plus en plus d’étudiants ont des difficultés sociales ou économiques. On sait que le phénomène de la prostitution étudiante gagne du terrain, et voilà une entreprise qui exploite la détresse de ces jeunes femmes pour faire des profits", a-t-elle expliqué précisant qu'elles ont besoin "d'une bourse" et non d'un "sugardaddy". Et d'ajouter: "on va espérer qu’au niveau du parquet, il y ait une instruction qui soit menée pour savoir si, en Belgique, ce sera considéré, oui ou non, comme une incitation à la prostitution et à la débauche".

Lancé il y a peu, le site Internet s'est félicité sur sa plateforme des histoires d'"amour" qu'elle fait naître. Au total, selon leurs chiffres, 79% des utilisateurs finiraient par trouver des partenaires. Et, toujours d'après leurs informations, la durée moyenne d'une relation serait de quatre mois et demi, soit deux fois plus long que chez la concurrence. 

Le site Internet a été lancé il y a quelques semaines.

Commentaires

-